Prophets of Rage à la Rockhal – «C'est un honneur de jouer avec nos idoles»
Publié

Prophets of Rage à la Rockhal«C'est un honneur de jouer avec nos idoles»

ESCH-BELVAL -Trois ex-membres de Rage Against The Machine ont fondé Prophets of Rage, avec les rappeurs Chuck D et B-Real. Rencontre avant leur concert à la Rockhal.

Tom Morello (à d.), B-Real (2e à d.) et Chuck (2e à g.) emmènent le supergroupe Prophets of Rage.

Tom Morello (à d.), B-Real (2e à d.) et Chuck (2e à g.) emmènent le supergroupe Prophets of Rage.

L’essentiel: Quand avez-vous décidé de fonder le groupe Prophets of Rage?

Tom Morello (guitariste): Nous avons formé le groupe dans la période tumultueuse des élections américaines. Nous ne voulions plus nous limiter aux réseaux sociaux pour dénoncer les injustices, et utiliser la musique pour chambouler la campagne.

Quelle a été votre réaction après son élection?

Je n’ai pas été tellement surpris, les États-Unis ont eu le Président qu’ils méritent. Mais c’est très important de se dresser contre ce pouvoir quasi fasciste. Internet autorise des propos racistes, anti-immigrés et antiscience, et notre façon à nous de combattre cela est la musique.

Il y a de moins en moins de messages politiques dans la musique de nos jours. Qu’en pensez-vous?

Je crois qu’il y en aura de plus en plus dans les années à venir. Il y a aujourd’hui un niveau d’engagement politique aux États-Unis comme je n’en ai encore jamais connu. Les gens sont furieux, ont peur de ce que le futur leur réserve. Ces années Trump vont nourrir tout cela, il nous faut trouver des moyens de transformer l’Amérique.

Depuis quand connaissez-vous Chuck D et B-Real?

Nous avons une longue histoire avec eux. Public Enemy et Cypress Hill ont été des influences majeures pour Rage Against The Machine. Public Enemy a été le premier à emmener notre groupe en tournée, et B-Real apparaissait dans notre premier clip, «Killing in the Name». C’est une longue amitié et un honneur de jouer avec nos idoles.

Mise à part la célèbre BO de «Judgement Night», le rock et le rap ne se croisaient pas beaucoup dans les années 90…

Disons qu’il est facile de combiner ces musiques, mais il est compliqué d’en faire quelque chose de qualitatif. Nous avons été influencés par Cypress Hill et Public Enemy, et aujourd’hui nous reprenons leurs répertoire à la sauce «Rage».

Vous reprenez vos classiques respectifs. Comment les avez-vous réarrangés?

Pour certains, c’était un véritable défi car les titres de Public Enemy sont très denses en termes de production. On a travaillé ça avec Chuck D. Pour Cypress Hill, c’était plus facile et très fun. Nous avons tourné aux États-Unis, en Amérique du Sud, et on a tout dévasté. Et c’est au tour de l'Europe.

À quoi peut-on s’attendre?

Il me semble que ce sera notre premier concert au Luxembourg. Donc les morceaux y seront joués pour la première fois. À quoi peuvent s’attendre nos fans? «Make Luxembourg Rage Again!».

Composez-vous également des morceaux originaux?

Oui, nous avons enregistré un album complet, qui doit sortir à l’automne prochain. Et nous espérons pouvoir jouer certains nouveaux morceaux au cours de la tournée estivale.

(Propos recueillis par Cédric Botzung/L'essentiel)

Ce mardi soir, 20h, à la Rockhal. Entrée: 45/49 euros.

Ton opinion