Selon la mère de Marc Dutroux – «C'est un récidiviste, il va recommencer»

Publié

Selon la mère de Marc Dutroux«C'est un récidiviste, il va recommencer»

Alors que le tribunal d'application des peines doit se prononcer ce lundi sur une libération conditionnelle du pédophile belge, la propre mère de Marc Dutroux estime qu'il doit rester en prison.

«Je sais qu'il va sortir un jour, mais je n'ai pas la moindre envie du monde de le savoir en liberté! C'est un récidiviste dans l'âme, il l'a d'ailleurs déjà prouvé tout au long de sa vie». Jeannine L., 78 ans, ne mâche pas ses mots à l'égard de son propre fils. Dans une interview accordée au Soir Magazine, la mère de celui que les Belges ont surnommé «Le prédateur» plaide pour le maintien en détention du pédophile et meurtrier, le jour où le tribunal d'application des peines de Bruxelles doit se prononcer sur une éventuelle libération. Une libération éventuelle qui serait accompagnée de la mise en place d'un bracelet électronique.

Comme tout prisonnier condamné à la prison à la perpétuité, synonyme de 45 ans d'emprisonnement dans le droit belge, Marc Dutroux bénéficie de l'étude d'une libération après avoir purgé un tiers de sa peine. Un cap qu'il aura franchi le 1er avril prochain. Comme le prévoit la loi, les juges d'application des peines doivent déterminer si le condamné est apte à recouvrer la liberté en examinant les projets de réinsertion. Bien que «le condamné le plus haï de Belgique» ait exprimé sa volonté de «devenir carrossier ou plombier», la possibilité qu'un employeur lui donne sa chance est relativement faible, de l'aveu même du condamné. Même lacune au niveau du logement en cas de libération. Enfin, le parquet et la direction de la prison de Nivelles où il purge sa peine, ont rendu pointé du doigt, dans leur analyse de la situation, un fort risque de récidive.

Une crainte émise également par le médecin de Marc Dutroux et que confirme sa mère, dans les colonnes de l'hebdomadaire belge. «Je suis certaine qu’il va recommencer. Il n’a aucun sens des réalités. C’est un récidiviste. Oh, il ne va pas recommencer avec les enfants. Il n'en est d'ailleurs peut-être plus capable. (...) Il va se reconstituer un groupe de personnes qui travailleront pour lui. Il commettra des délits». Certaine que l'enfermement de son fils prendra fin un jour, la septuagénaire espère «ne plus être de ce monde quand cela arrivera». La décision des juges est attendue en début d'après-midi.

(Jmh/L'essentiel Online)

Ton opinion