Festival des Terres rouges – «C'est un symbole pour toute une région»

Publié

Festival des Terres rouges«C'est un symbole pour toute une région»

ESCH-SUR-ALZETTE – Le festival, avec Aloe Blacc ou encore Milow en têtes d'affiche, se déroulera à Esch-sur-Alzette, tout au long de ce week-end.

Tout au long du week-end, Esch-sur-Alzette vibrera aux rythmes du festival des Terres Rouges. Les amateurs de musique retiendront sans nul doute les performances d’Aloe Blacc, de Milow ou encore de Morcheeba, les têtes d’affiche de l’Open Air Festival, dimanche. L’apogée d’un riche week-end qui sera également marqué par des spectacles de rue au centre-ville et le fameux Sudstroum escher kulturlaf, auquel participeront plus de 2 000 coureurs, samedi soir, à Belval.

Mais pour un Eschois, le concept des «Terres Rouges» représente un peu plus que cela, plus qu’une simple sortie le temps d’un week-end. L’intitulé même du festival est tout sauf anodin: «Il symbolise toute une région et son passé sidérurgique», lance Ralph Waltmans, coordinateur culturel à la ville d’Esch-sur-Alzette et secrétaire du comité d’organisation. Croyez-le ou non, la trentaine de compagnies artistiques qui animeront les rues de la métropole du fer n’ont pas été choisies au hasard. Bien au contraire. «Plusieurs d’entre elles font par exemple allusion à l’histoire des immigrés italiens. De manière générale, toutes racontent quelque chose qui colle à cette ville», explique Ralph Waltmans.

Budget de 570 000 euros

Une ville «trop souvent critiquée, de manière injuste» que ce festival est censé «montrer sous son meilleur jour». Pour s’y faire, l’organisation laisse une place prépondérante à ses acteurs quotidiens. À titre d’exemple, les gamins de la Maison de jeunes feront partie de l’équipe chargée de vendre nourriture et boisson sur le site des concerts. Une action qui leur permettra de récolter les fonds nécessaires pour partir en vacances.

Incarnation d’une cité fière et travailleuse, les Terres Rouges ne font pas dans le compromis. L’âme du festival fondé en 2000 doit perdurer. Ainsi, l’édition 2013 n’a pu avoir lieu, faute de tête d’affiche. Tout a donc été annulé. «Certains ont pensé à maintenir le Streetfestival. Mais ça ne collait plus à l’idée des Terres Rouges. Les trois jours sont indissociables. Cet événement, c’est la combinaison de l’art de la rue et de la musique. L’un ne va pas sans l’autre», détaille Ralph Waltmans.

Concept important, le festival vise à donner accès à la culture au plus grand nombre. Le prix de la journée de concert s’établit donc aux alentours de 30 euros. «Un montant qui défie toute concurrence pour des artistes de renommée internationale» fait noter l’organisateur. Pour cette 13e édition, la ville d’Esch-sur-Alzette a fourni un budget de 570 000 euros, le reste étant financé par le sponsoring.

Morcheeba

Milow

(TH/L'essentiel)

Le programme des Terres Rouges:

Streetfestival: vendredi, de 16h30 à 22h30 et samedi, de 15h30 à 22h30

Chaque jour, une trentaine de compagnies artistiques animeront les rues du centre-ville.

Sudstroum escher kulturlaf: samedi, à 18h30

2 000 coureurs attendus à Belval

Open Air Festival: Dimanche, de 14h15 à 23h15, au Gaalgebierg

14h15: Zero Point 5

15h15: Crystal Fighters

16h45: Laura Mvula

18h15: Morcheeba

20h: Milow

21h45: Aloe Blacc

Ton opinion