Mort d'un jeune de Rodange – «C'était un super garçon, souriant et très affectueux»

Publié

Mort d'un jeune de Rodange«C'était un super garçon, souriant et très affectueux»

VILLERUPT/RODANGE - Le jeune homme retrouvé sans vie, jeudi à Villerupt, était un résident bien connu dans le milieu du football au Luxembourg.

C'est ici que le corps de Ridney a été retrouvé.

C'est ici que le corps de Ridney a été retrouvé.

Vincent Lescaut

C’est jeudi en matinée, «au volant du véhicule de sa concubine», qu'a été découvert devant l'ancienne clinique désaffectée des Peupliers, à Villerupt (France), le corps sans vie de Ridney. «Tué d'un coup de feu dans la tête», selon les premiers éléments dévoilés par le procureur de la République de Nancy, François Pérain.

Le jeune homme d'origine capverdienne, qui devait fêter ses 20 ans le 13 février, était «originaire de Rodange», selon la police, mais résidait «à Esch-sur-Alzette», d'après son profil Facebook. L'annonce du décès de cet ancien joueur dans les catégories de jeunes a plongé le microcosme du football luxembourgeois dans la consternation. «Je l'ai connu en pupilles à la Jeunesse Esch», dit son entraîneur de l'époque, Frédéric Di Biase. «C'était un super garçon, toujours souriant et très affectueux, pas du tout bagarreur. Il était très doué pour le foot. Je ne l'ai jamais vu râler. Il est même revenu plus tard s'entraîner avec nous chez les U19».

Déménageant ensuite avec sa famille vers la capitale, Ridney fréquente le Lycée des Arts et Métiers à Dommeldange, et s'affilie tour à tour au Racing, puis au RM Hamm Benfica, de 2016 à 2018. Le club du Cents affichait le deuil ce week-end, et son directeur général, Alex Lopes, se disait «choqué» face à cette nouvelle, se rappelant de «la joie de jouer au foot» de Ridney. Une autopsie a lieu ce lundi «et devrait permettre de dater le décès qui pourrait remonter à plusieurs jours», selon François Pérain. Une enquête pour meurtre a été ouverte par le parquet de Nancy, confiée à l’antenne de la police judiciaire de Metz.

(Jean-François Colin/L'essentiel)

Ton opinion