Football - Metz – Cabit va sortir de l'hôpital et part en rééducation

Publié

Football - MetzCabit va sortir de l'hôpital et part en rééducation

Le défenseur du FC Metz entre lundi en rééducation, après son accident de voiture avec son coéquipier Kevin N'Doram.

Metz's French defender Manuel Cabit (R) fights for the ball with Montpellier's Algerian forward Andy Delort during the French L1 football match between FC Metz and Montpellier Herault SC at the Saint-Symphorien stadium in Metz, on November 2, 2019. (Photo by JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Metz's French defender Manuel Cabit (R) fights for the ball with Montpellier's Algerian forward Andy Delort during the French L1 football match between FC Metz and Montpellier Herault SC at the Saint-Symphorien stadium in Metz, on November 2, 2019. (Photo by JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

AFP/Jean-christophe Verhaegen

Le défenseur de Metz, Manuel Cabit, hospitalisé après un grave accident de voiture en compagnie de son coéquipier Kevin N'Doram, a annoncé vendredi qu'il allait quitter le centre hospitalier universitaire de Reims pour entrer lundi en centre de rééducation.

«Je tenais à remercier encore une fois tous ceux qui m'apportent leur soutien depuis l'accident dont j'ai été victime. Je vais quitter le CHU de Reims et je serai à partir de lundi en centre de rééducation. Je vais me battre», a déclaré le footballeur dans une déclaration mise en ligne sur Twitter.

Le latéral gauche de 26 ans avait été «sérieusement blessé» lors du choc survenu le 3 novembre mais son pronostic vital n'avait pas été engagé, avait indiqué le FC Metz dans un communiqué. Selon une source proche du dossier, le footballeur avait été hospitalisé avec une «insensibilité des membres inférieurs» et a été opéré au niveau du rachis lombaire et pour une fracture au bras.

Le défenseur central du club messin, Kévin N'Doram, 23 ans, conduisait le véhicule au moment de l'accident, dont il est sorti indemne. «Entendu hors garde à vue», il «a indiqué avoir perdu le contrôle de son véhicule pour un motif ignoré», avait expliqué mercredi le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion