D'ici 2017 – Cameron veut vite un scrutin sur la sortie de l'UE

Publié

D'ici 2017Cameron veut vite un scrutin sur la sortie de l'UE

Le Premier ministre britannique a souligné dimanche que le «plus tôt» sera le mieux pour tenir un référendum sur le maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union européenne.

David Cameron est mis sous pression depuis plusieurs mois par l'opinion et les courants europhobes.

David Cameron est mis sous pression depuis plusieurs mois par l'opinion et les courants europhobes.

AFP

David Cameron promet d'organiser le scrutin d'ici à 2017 s'il est réélu en mai. «Le référendum doit avoir lieu avant fin 2017. Je serais ravi si nous pouvions le faire plus tôt. Plus je peux avancer vite sur mon engagement d'une renégociation (des termes de l'appartenance à l'UE) et d'un référendum, mieux ce sera», a-t-il déclaré à la BBC.

David Cameron a promis de longue date la tenue d'ici à 2017 d'un référendum sur le maintien de son pays dans une Union européenne réformée au préalable, si son parti conservateur remporte les législatives de mai. S'il n'obtient pas satisfaction sur les réformes, il a répété dimanche qu'il «n'exclut rien», menaçant de faire campagne pour une sortie de l'UE.

Changements en vue

Sous pression de l'opinion et des courants europhobes, Dqvid Cameron a présenté fin novembre un plan visant à juguler l'afflux de travailleurs européens en limitant leur accès aux prestations sociales. Le dirigeant britannique a admis qu'il faudrait pour cela apporter des changements aux traités européens.

D'autres pistes évoquées, comme instaurer un plafond sur le nombre d'immigrés, ont en revanche été abandonnées, face à l'opposition ferme de ses partenaires européens qui lui ont rappelé le caractère intangible du principe de libre circulation des personnes en Europe.

La réélection de M. Cameron est toutefois encore loin d'être assurée. Les travaillistes conservent une légère avance dans les sondages, tandis que le parti europhobe Ukip, qui a fait de l'immigration son principal cheval de bataille, fait figure d'épouvantail après avoir remporté les européennes en mai.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion