Contre la délocalisation – Cargolux sous la pression des syndicats

Publié

Contre la délocalisationCargolux sous la pression des syndicats

LUXEMBOURG - Vendredi, le LCGB et l'ALPL ont à leur tour fait part de leur opposition aux plans de délocalisation de Cargolux. La direction se justifie.

Le LCGB et l'ALPL s'opposent aussi au projet d'extension de Cargolux Italia.

Le LCGB et l'ALPL s'opposent aussi au projet d'extension de Cargolux Italia.

Editpress/Robert Spirinelli

Après la critique de l'OGBL contre les projets d'extension de la compagnie aérienne luxembourgeoise de fret en Chine et en Italie, c'est au tour du LCGB et de l'ALPL (Association luxembourgeoise des pilotes de ligne) de monter au front, lors d'une conférence de presse vendredi matin. Les deux organisations dénoncent les plans de dumping social qui compromettent selon eux le développement du site luxembourgeois de Cargolux.

Le LCGB et l'ALPL s'opposent au transfert de trois avions supplémentaires vers Cargolux Italia. Car même si ces machines opéreront toujours sur les routes luxembourgeoises, le personnel sera engagé en Italie, afin de diminuer les coûts, notent les deux organisations. Selon eux, au lieu d'engager ces pilotes moins chers, il serait possible d'augmenter le nombre d'heures de vol des pilotes actuels de Cargolux et Cargolux Italia, de l'ordre de 20%. Le personnel passerait ainsi de 500 à 600 heures de vol par mois, soit une augmentation de 33 minutes par jour, bien loin des 900 heures autorisées par la loi.

«Les pertes ne viennent pas des coûts salariaux»

De plus, Dirk Becker, secrétaire général de l'ALPL, rappelle que depuis sa création en 2008, Cargolux Italia a connu de grosses pertes financières, de près de 17,6 millions d'euros. Du côté du LCGB, on estime que les problèmes financiers de Cargolux ne proviennent pas en premier lieu des coûts salariaux. Mais plutôt, selon Aloyse Kappweiler, de la sanction de 264,6 millions d'euros infligée à la compagnie suite à une entente illégale sur le prix du kérosène. Un déficit aggravé par l'achat des nouveaux avions, explique le LCGB.

Lors d'une conférence de presse, organisée vendredi matin suite aux critiques formulées la veille par l'OGBL, la direction de Cargolux a justifié ses intentions. «La direction a un objectif principal: garantir la compétitivité et les emplois au Luxembourg», explique Dirk Reich, directeur général de Cargolux. Selon lui, la compétitivité sur le marché mondial est énorme, des mesures d'économies sont nécessaires mais celles-ci ont toujours été rejetées par le LCGB, bloquant les négociations depuis septembre.

Une affirmation que Aloyse Kappweiler considère sans fondement. Il explique que son syndicat a toujours été conscient des économies à réaliser et qu'il a d'ailleurs formulé plusieurs pistes, comme l'augmentation du temps de travail des pilotes, par exemple.

(Philip Weber/L'essentiel)

Ton opinion