Menace pour le Findel? – Cargolux sous-traitera 25 emplois en Italie

Publié

Menace pour le Findel?Cargolux sous-traitera 25 emplois en Italie

LUXEMBOURG - Le LCGB craint qu'une vingtaine de nouveaux emplois chez Cargolux soient transférés vers une filiale en Italie, ce qui pourrait constituer, selon eux, une menace pour le Cargo-Center.

La compagnie luxembourgeoise, qui avait prévu d'embaucher 75 membres d'équipages, n'en a finalement contracté que 50.

La compagnie luxembourgeoise, qui avait prévu d'embaucher 75 membres d'équipages, n'en a finalement contracté que 50.

Editpress

Est-ce le début de l'out-sourcing au Findel? Telle est la crainte du LCGB, face à l'annonce de Cargolux de créer 25 emplois de moins au Luxembourg et d'embaucher ces membres d'équipages en Italie. La compagnie luxembourgeoise, qui avait prévu d'embaucher 75 membres d'équipages, ces derniers mois, n'en a finalement contracté que 50 au Luxembourg. «Les autres contrats ont été signés en Italie, avec des conditions de travail différentes que celles en vigueur au Luxembourg», indique ce mardi Aloyse Kapweiler du LCGB.

La succursale de la société de fret, Cargolux Italia, devra ainsi être équipée d'un deuxième avion, soit un transfert d'un avion luxembourgeois vers l'Italie. Mais la sous-traitance ne se termine pas là. Cargolux Luxembourg perdra non seulement un avion au profit de Cargolux Italia, mais aussi des routes aériennes. Il n'y aura pourtant pas de licenciements au Luxembourg. «Il s'agit donc de 25 postes qui auraient pu être créés ici et qui seront désormais créés en Italie. Ce qui nous fais le plus peur, c'est que ce n'est peut-être que le début», explique Aloyse Kapweiler.

«Situation ironique»

Contacté par L'essentiel, Cargolux veut éclaircir la situation. Selon le CEO Dirk Reich, cette sous-traitance se justifie par le fait que les pilotes italiens ont le droit de voler 20% de temps en plus que les pilotes luxembourgeois et que la différence de coût est de 25%. Il précise également que la perte d'un avion sera compensée par la venue d'un nouveau en novembre. «Nous souhaitons nous entretenir avec les syndicats pour trouver une solution harmonieuse. Il en va de la survie de Cargolux», conclut-il.

Selon le LCGB, une telle décision ne fait guère sens, étant donné que les pilotes, avec toutes leurs heures de vols, ne reviennent pas moins chers à la compagnie en Italie. «La situation est encore plus ironique si on tient compte de la participation indirecte de 65% que l'État luxembourgeois détient chez Cargolux», s'offusque Kapweiler. «Le Luxembourg co-financera 25 emplois en Italie, ce qui représente pour lui une perte de création d'emplois, un manque d'impôts et risque de nuire à l'intérêt logistique du Findel.» Une situation qui inquiète aussi l’Association
Luxembourgeoise des Pilotes de Ligne (ALPL).

(Laurence Bervard/ L'essentiel)

Qu'est-ce que Cargolux Italia?

Fondée en 2008, Cargolux Italia a été spécialement créée afin de pouvoir assurer la liaison Milan-Osaka (Japon), ce qui rendait nécessaire la création d'une firme italienne pour pouvoir bénéficier des autorisations de vols existants avec le Japon. À l'origine, les vols de la succursale italienne étaient opérés par des membres d'équipage du Luxembourg, jusqu'à ce que l'Italie réclame que des salariés du pays de départ soient embauchés. Pourtant, un rapport intermédiaire d'un cabinet d'avocats spécialisé dans le droit aérien européen, a confirmé que les raisons juridiques pour la création de Cargolux Italia sont devenues obsolètes. Cargolux Italia emploie actuellement quelques 40 employés, contre 1 290 (dont 460 pilotes) au Luxembourg.

Ton opinion