Chasse à l'homme: Carnage au Canada après une série d'attaques au couteau

Publié

Chasse à l'hommeCarnage au Canada après une série d'attaques au couteau

Dix personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées dimanche lors d'attaques à l'arme blanche dans deux localités isolées du Canada, a indiqué la police, qui a lancé une chasse à l'homme dans trois provinces pour retrouver deux suspects.

Les deux suspects sont recherchés par la police.

Les deux suspects sont recherchés par la police.

AFP

«Nous avons repéré 10 personnes décédées dans 13 endroits des localités de James Smith Cree Nation et Weldon, dans le Saskatchewan», province de l'ouest du pays, a déclaré la commissaire adjointe de la Gendarmerie royale du Canada, Rhonda Blackmore, lors d'une conférence de presse.

«Plusieurs autres victimes ont été blessées, dont 15 ont pour l'instant été transportées dans différents hôpitaux», a-t-elle ajouté, précisant que la police recherchait «deux suspects» et enquêtait sur «les nombreuses scènes de crimes».

Une alerte à propos d'une personne dangereuse avait été diffusée dimanche matin à la population de toute la province du Saskatchewan par la police, qui répondait à «de multiples attaques au couteau en de multiples lieux», dans la communauté autochtone de James Smith Cree Nation et le village proche de Weldon.

Attaques ciblées et au hasard

La police avait reçu un premier appel à 05h40 locales faisant état d'une attaque à l'arme blanche à James Smith Cree Nation, suivi d'autres, a raconté Mme Blackmore.

Les autorités pensent que «certaines des victimes ont été ciblées par les suspects et que d'autres ont été attaquées au hasard», a-t-elle précisé.

«Nombre élevé de patients critiques»

Les suspects ont d'abord été signalés à Regina, la capitale provinciale située à plus de 300 kilomètres au sud. Puis l'alerte et les recherches se sont ensuite étendues aux provinces voisines du Manitoba et de l'Alberta, une vaste région dont la taille équivaut à la moitié de celle de l'Europe.

L'autorité sanitaire du Saskatchewan a indiqué à l'AFP avoir activé les protocoles d'urgence pour faire face à «un nombre élevé de patients critiques».

«Nous pouvons confirmer que plusieurs personnes sont en train d'être dirigées et prises en charge sur plusieurs sites et qu'un appel à du personnel supplémentaire pour aider à répondre à cette situation a été effectué», a-t-elle ajouté.

(AFP)

Ton opinion

2 commentaires