Au Canada: Ce château de 98 pièces a causé la ruine d’un millionnaire
Publié

Au CanadaCe château de 98 pièces a causé la ruine d’un millionnaire

Un homme d’affaires canadien a réalisé son rêve: devenir châtelain. Sauf qu’il n’avait pas prévu que cet investissement causerait sa perte.

par
Meret Steiger
Casa Loma est un château qui compte près d’une centaine de pièces. Il se trouve à Toronto, au Canada.

Casa Loma est un château qui compte près d’une centaine de pièces. Il se trouve à Toronto, au Canada.

casaloma.ca

Sir Henry Mill Pellatt était un homme d’affaires et militaire canadien. En 1883, il a fondé la Toronto Electric Light Company, l’un des premiers fournisseurs d’électricité de la plus grande ville du Canada. En peu de temps, il est arrivé à la tête d’un empire constitué de 21 sociétés, de plusieurs lignes de chemin de fer et d’une centrale hydroélectrique située près des Chutes du Niagara. En parallèle, il a été élevé au rang de chevalier, en reconnaissance de son engagement dans l’armée. Bref, tout allait à merveille pour Sir Henry. Du moins durant les 28 années qui ont suivi.

En 1911, Sir Henry a décidé de faire construire une propriété digne de son rang. Inspiré par ses voyages en Europe, l’entrepreneur voulait construire un «château typiquement européen». À cette époque, la fortune de Sir Henry pesait quelque 17 millions de dollars, ce qui équivaut à environ 412 millions de dollars de nos jours. A priori largement de quoi faire construire un château.

Sir Henry Mill Pellatt s’est inspiré de ses nombreux voyages sur le continent européen pour la construction de son château.

Sir Henry Mill Pellatt s’est inspiré de ses nombreux voyages sur le continent européen pour la construction de son château.

casaloma.ca

40 employés permanents et des plaques en or frappées du nom de ses chevaux

C’est ainsi que Sir Henry s’est lancé dans la construction de Casa Loma, un château de 98 pièces situé en plein cœur de Toronto. La construction a non seulement englouti plusieurs millions de dollars, mais a également nécessité deux millions d’heures de travail, d’après les archives. Parmi les dépenses, qui comprenaient notamment les frais de personnel (40 000 dollars sur un an), certaines étaient totalement absurdes. Sir Henry a notamment payé 250 000 dollars pour faire graver les noms de ses chevaux sur des plaques en or 18 carats.

Sir Henry aurait pu couler des jours heureux dans son château si l’économie mondiale, mise à mal par la Première Guerre mondiale, n’était pas venue lui mettre des bâtons dans les roues et si l’électricité n’avait pas été nationalisée en 1920, privant Sir Henry d’une grande partie de ses revenus.

«Un tapis persan au prix d’un paillasson»

À ce moment-là, Sir Henry avait déjà une dette d’environ un million de dollar auprès de la Home Bank of Canada et était désespéré. Pour tenter de la combler, il a vendu la quasi-intégralité de ses biens pour une bouchée de pain. En effet, ces ventes ne lui rapportaient en moyenne que 17% de la valeur réelle des biens. Lors de la vente aux enchères, un orgue d’une valeur de 75 000 dollars a notamment été vendu au prix incroyable de 40 dollars.

L’homme politique canadien, Charles Henderson, dira d’ailleurs plus tard au sujet de la vente aux enchères: «Un tapis persan au prix d’un paillasson». Malheureusement, cela n’a pas suffi à rembourser les dettes de Sir Henry, qui a été obligé de vendre son château aux enchères. De 1925 à 1929, ce dernier a été exploité en tant qu’hôtel de luxe, sans succès.

Musée et attraction touristique

Propriété de la ville de Toronto depuis 1933, Casa Loma a été transformé en musée à la fin des années 1930. Car, bien que Sir Henry ait vendu nombre de ses biens, le château contient toujours des pièces d’origine. La bibliothèque, qui peut accueillir jusqu’à 10 000 livres, mais aussi le hall d’entrée avec ses 18 mètres de hauteur sous plafond, sont particulièrement impressionnants. À côté des magnifiques jardins et des écuries, on peut également y découvrir des parties plus décalées.

Dans le jardin se trouve en effet une piscine dont la construction n’a jamais été achevée et qui contient aujourd’hui des pierres tombales. Il y a également un stand de tir, deux passages secrets qui mènent à travers le château et 30 salles de bain. Casa Loma est non seulement un lieu symbolique et un lieu de tournage favori (où ont notamment été tournés les X-Men), mais se veut aussi être un rappel de la nécessité de gérer son argent avec la plus grande prudence.

Ton opinion

1 commentaire