Khloé Kardashian: «Ce n’est pas drôle d’être exposée»
Publié

Khloé Kardashian«Ce n’est pas drôle d’être exposée»

Même si elle n’aime pas particulièrement évoquer ses problèmes sentimentaux devant les caméras, Khloé Kardashian sait qu’elle n’a pas le choix.

par
Henry Arnaud, Los Angeles
Khloé Kardashian vit sa vie devant les caméras depuis l’âge de 22 ans.

Khloé Kardashian vit sa vie devant les caméras depuis l’âge de 22 ans.

IMAGO/Future Image

À disposition depuis le 16 juin 2022 sur Disney+, «Trop, c’est trop» est l’épisode final de la première saison des «Kardashian». Khloé, 37 ans, fait le point sur cette nouvelle série. Elle ne regrette ni ses erreurs ni l’omniprésence des caméras dans sa vie.

Quel regard portez-vous sur «Les Kardashian» par rapport à «L’incroyable famille Kardashian», qui s’est arrêtée en 2021?

Tout le monde avait hâte d’être au centre d’une nouvelle série plus classe que «L’incroyable famille Kardashian». Nous participions à ce programme depuis 2007 et j’étais heureuse d’avoir des producteurs différents qui apportent un regard neuf sur nous.

Quels sont vos rapports avec votre mère, Kris Jenner, qui est la cheffe du clan Kardashian-Jenner?

Maman et moi sommes voisines. Nous habitons à quelques mètres l’une de l’autre et elle m’espionne tous les jours! Nous vivons comme une grande famille depuis toujours. Nos deux maisons ont la même entrée pour les voitures et aucune séparation entre elles.

Kendall et Kylie sont beaucoup plus discrètes que Kim, Kourtney et vous dans les nouveaux épisodes. Pourquoi?

Chacune de nous a décidé des limites à ne pas dépasser dans son intimité. Kendall et Kylie étaient enfants lorsque nous avons démarré. Elles ont vu toutes nos erreurs au fil des saisons. Cela leur a permis de mettre des barrières, comme interdire de filmer ce qui touche à leur vie amoureuse par exemple.

On vous voit très vulnérable dans cette première saison avec de nombreuses séquences sur vos problèmes amoureux avec Tristan Thompson notamment.

Ça n’est pas drôle d’être exposée ainsi, mais je n’avais pas le choix. Ma vie est tellement publique que je ne veux pas que les téléspectateurs pensent que l’on bidonne les épisodes. Les caméras nous suivent presque partout. Quand mes problèmes ont été rapportés dans les médias, nous avons décidé de ne rien cacher. Avec les années, c’est devenu une sorte de thérapie pour moi d’évoquer mes soucis avec mes sœurs, même si les caméras filment.

Regrettez-vous d’avoir exposé ainsi votre intimité?

Non. J’avais 22 ans quand on a commencé à nous filmer et je ne réalisais pas du tout les conséquences de mes agissements. Et d’ailleurs, je continue parfois à me comporter comme si j’avais toujours 22 ans à la télé (rires).

Ton opinion

7 commentaires