Quartier du stade – «Ce que veut faire la Ville n'est pas très clair»
Publié

Quartier du stade«Ce que veut faire la Ville n'est pas très clair»

LUXEMBOURG - Les avis des citoyens pour le développement du projet «Wunnquartier Stade» ne sont pas assez pris en compte, déplore le parti Déi Gréng.

«Demander l’avis des citoyens pendant dix jours, ce n’est pas suffisant», déplore ce lundi le député et conseiller communal de la capitale, François Benoy (Déi Gréng). C’est le temps (du 21 janvier au 1er février) qui a été accordé par la Ville de Luxembourg aux habitants pour aller consulter et donner leur avis sur les 7 projets retenus pour le futur quartier du stade, le long de la route d’Arlon.

«Pour un futur quartier de dix hectares comme celui-ci, la participation citoyenne doit être plus large, reprend le chef du groupe Gréng au conseil communal, qui organisait une conférence de presse ce lundi. Les habitants doivent pouvoir être consultés en permanence par la commune, les architectes et les urbanistes, pendant tout le développement du projet». Dans ce sens, les Verts appellent à la création d’un comité de quartier.

Exclure les voitures

Pour rappel, sept projets d’urbanisme, issus d’un concours européen lancé en mai 2019, ont été sélectionnés et présentés le 21 janvier dernier. Les sept finalistes ont jusqu’à septembre prochain pour revoir leur copie et coller aux attentes d’un jury composé notamment de représentants de la Ville, du ministère de l'Intérieur et d’architectes. Pour la commune, le cahier des charges est clair, avec un futur quartier qui comprendra des espaces verts, une diversité de logements, de la mobilité douce, des commerces de proximité, ou encore de la vie sportive.

Ce n’est pas l’avis de Déi Gréng, qui considère que les sept projets sur la table sont «très différents», et que ce que veut faire la Ville n’est «pas très clair». Le parti écologiste avance à ce titre les critères qui selon lui doivent figurer dans le cahier des charges, à savoir un quartier «vraiment écologique» (neutralité climatique, voire même un quartier créant plus d'énergie qu’il n’en consomme), garantissant une bonne qualité de vie avec beaucoup d’espaces de rencontre, et novateur en termes de mobilité, en excluant notamment les voitures. «Il n’est pas trop tard pour rectifier le tir», conclut François Benoy.

(Olivier Loyens/L'essentiel)

Ton opinion