Politique au Luxembourg – Ce qu’il faut retenir du discours de Xavier Bettel

Publié

Politique au LuxembourgCe qu’il faut retenir du discours de Xavier Bettel

LUXEMBOURG – Le Premier ministre a prononcé mardi son traditionnel discours sur l’état de la Nation à la Chambre des députés. Voici les éléments les plus importants.

Le Premier ministre s'est présenté devant la Chambre des députés pour son discours sur l'état de la Nation.

Le Premier ministre s'est présenté devant la Chambre des députés pour son discours sur l'état de la Nation.

Chambre des députés

Une rentrée un peu particulière se déroulait mardi à la Chambre des députés. Pour la première fois depuis 18 mois, les députés sont retournés dans leur salle habituelle, à la Chambre des députés. Ils ont en effet longtemps été contraints de siéger au Cercle Cité, à cause de la crise sanitaire. Pour cette première séance, ils ont écouté le discours sur l’état de la Nation, prononcé par le Premier ministre Xavier Bettel (DP).

Pendant près de deux heures, le chef du gouvernement a expliqué les défis auxquels est confronté le pays, en commençant par le climat. Son discours a été sagement écouté par les députés, seulement entrecoupés à quelques reprises de «ohhh» ou de «Très bien!» venus des bancs de la majorité.

Le climat

«Le Luxembourg est un petit pays, il ne contribue que peu aux émissions de CO2 de la planète, il ne va pas sauver le climat à lui seul. Mais ce n’est pas une raison pour ne rien faire», a lancé Xavier Bettel. Il estime que «la crise du climat est une réalité, qui nous concerne tous. Pas dans 100 ans, mais aujourd’hui». Selon lui, la lutte contre le changement climatique nécessite des «mesures préventives». Il maintient l’objectif de la neutralité carbone en 2050.

Du côté du satisfecit, il rappelle que l’an dernier, «le pays a atteint l’objectif de 11% d’énergies renouvelables» et «produit trois fois plus d’énergie éolienne qu’il y a cinq ans». Pour atteindre les 25% de renouvelable en 2030, il faut «augmenter les surfaces» dédiées. La thématique du climat a permis un lien avec la hausse actuelle des prix de l’énergie. Cela vient de «mouvements géopolitiques sur lesquels le Luxembourg n’a aucune influence», indique le chef du gouvernement, qui insiste cependant sur l’importance de produire une énergie à un niveau plus local.

Comme pour illustrer le lien entre les politiques sociales et environnementales, Xavier Bettel rappelle la mise en place de la gratuité des transports publics en mars 2020. Alors que chaque Européen consacre en moyenne 567 euros à ce budget. Il a enfin insisté sur l’importance des voitures électriques, alors que le pays compte 88 stations de recharge.

Une nouveauté a été annoncée: Bettel propose la mise en place d’un «conseil citoyen sur le climat», constitué de 100 membres représentatifs de la société luxembourgeoise. Ils discuteront des défis sur le climat, notamment de plans sur l’énergie. «Nous utilisons la crise pour nous adapter et trouver de nouvelles opportunités».

La pandémie

Bien sûr, la pandémie a été l’un des grands sujets du discours sur l’état de la Nation. «Nous avons bien passé la crise», selon Xavier Bettel. Il remercie le personnel soignant, «des personnes engagées, qui ont travaillé pendant les moments les plus difficiles». Il explique que le gouvernement a toujours pesé les intérêts «entre la santé et la liberté», lorsque des restrictions ont été décidées durant les derniers mois.

Il a aussi loué la stratégie de tests, alors que le Large Scale Testing a parfois été critiqué. «Nous avons réalisé quatre millions de tests et 16 millions de tests rapides ont été commandés pour les entreprises, bars etc., ce qui laisse des réserves». «Une stratégie de tests ambitieuse et une campagne de vaccination efficace nous aident à voir le bout du tunnel», détaille le dirigeant libéral. Selon lui, «nous avons besoin de 80 à 85% de personnes vaccinées pour appréhender sereinement la période plus froide de la fin d’année» sans craindre de rebond de l’épidémie. Ce chiffre avoisine actuellement les 75%.

Plus largement, «nous devons être préparés aux prochaines pandémies», alerte Bettel, après avoir rappelé que pendant longtemps, nous ne savions pas grand-chose du Covid-19. «La pandémie a montré qu’il était important d’avoir un bonne observation (monitoring) de la situation». Nous devons diversifier l’économie en direction des biotechnologies.

Économie et fiscalité

Xavier Bettel est revenu sur les mesures de soutien à l’économie, avec «un milliard pour le chômage partiel». Cet argent a servi à ce que «la majorité des personnes ne perde pas son travail malgré la pandémie». Au final, le PIB n’a reculé que de 1,8%, au lieu des 6% longtemps envisagés dans différentes projections, ce qui prouve «le succès de notre pacte de stabilité et de relance». «Nous avons toujours la dette la plus faible de la zone euro, 27% du PIB», s’est aussi réjoui le libéral.

Si les aides massives sont terminées, il n’en va pas de même des investissements. Le pays en a toujours besoin, a-t-il indiqué en substance. Les investissements publics doivent passer de 3,2 à 3,7 milliards d’euros d'ici 2024. Selon Bettel, l’économie doit encore se diversifier, pour «reposer sur plusieurs piliers». En plus de la place financière, il cite les petites entreprises et le secteur du numérique.

La digitalisation

La digitalisation est un concept qui est régulièrement revenu à la bouche de Xavier Bettel pendant son discours. Il l’a évoquée pour l’agriculture, la santé, le CovidCheck, etc. Plus généralement, il veut «proposer des services nouveaux, pour faciliter les démarches administratives. «Le gouvernement va s’engager dans les prochains mois pour une nouvelle phase intensive de transformation digitale du pays». Pour cela, il faut améliorer la connectivité, afin de proposer des solutions de connexion à tous. Le Premier ministre libéral évoque le développement de la fibre dans toutes les communes du pays. Pour cette stratégie, un budget de 7,7 millions d’euros est prévu dans le budget 2022.

L’explosion du nombre d’objets connecté «fait aussi augmenter le risque de cyberattaques», alerte Bettel. Une cyberstratégie est prévue pour la période 2021-2025, avec un accent mis sur la détection plus rapide des anomalies et attaques.

Le social

L’aspect social doit rester «une priorité pour le gouvernement», selon Xavier Bettel, qui se rend compte que «malgré les mesures mises en place, des personnes restent vulnérables». Il cite pêle-mêle l’augmentation du salaire minimum et du REVIS, la réforme fiscale de 2017, la réindexation des allocations familiales et l’aide aux locataires. Une tripartie sera organisée d’ici la fin de l’année, comme le réclamaient les syndicats. Ce modèle de dialogue est «un instrument qui a fait ses preuves». Bettel en a profité pour citer l’un de ses prédécesseurs, Gaston Thorn, également libéral et qui a créé la première tripartite.

Pour les personnes âgées, des projets à hauteur de 600 millions d’euros sont prévus. Le handicap ne doit pas non plus être un critère d’exclusion dans notre société, d’après le chef du gouvernement, qui a demandé l’accessibilité pour tous les bâtiments ouverts au public.

Le logement

«Nous savons qu’il est difficile pour beaucoup de se loger au Luxembourg». Il est impératif de construire plus, mais « ce n’est pas la seule solution au problème», dit Bettel. Il cite les investissements dans les logements à prix abordables. Puis, «nous allons taxer la spéculation sur les terrains non bâtis». Laisser son terrain sans construire ne doit plus être rentable, selon le Premier ministre.

Après avoir loué l’impôt foncier, il a vanté le Pacte logement 2.0. Actuellement, 300 projets pour environ 3 100 logements sont en cours de réalisation. «Nous devons tout faire pour casser la spirale des prix du logement», a-t-il aussi déclaré.

L’éducation

Les établissements scolaires sont restés fermés pendant peu de temps durant la crise, a constaté Xavier Bettel. Il plaide pour des évolutions, car «quand la société change, l’école ne peut pas rester immobile». Ainsi, deux nouvelles sections seront proposées lors de la prochaine rentrée dans les lycées, en plus des sept existantes. Il prône une diversification de l’offre scolaire, pour que chacun ait sa place.

Dans un but social, les cantines seront gratuites «à l'avenir» le midi dans les écoles fondamentales et au lycées pour les familles «à faible et moyens revenus». Enfin, le sport est décisif pour la santé physique, mais aussi mentale. Au rayon des annonces, le gouvernement va offrir à chaque enfant un bon «Go to sports», qui lui permettra de s’inscrire dans un club sportif de son choix. L’outil ne sera pas lié à des conditions de ressources.

Le travail

Xavier Bettel a évoqué le besoin d’un meilleur équilibre entre la vie privée et le travail. Dans cette optique, il a évoqué un droit à la déconnexion, sur lequel planchent les partenaires sociaux. La question du télétravail a naturellement été abordée. Pour les frontaliers, les accords ont été prolongés jusqu’à la fin de l’année, mais il faut «trouver des solutions de long terme».

Le gouvernement travaille aussi à des solutions de travail partagé, avec des lieux dédiés décentralisés dans les régions du pays.

La sécurité

Le chef du gouvernement a brièvement évoqué la sécurité dans le quartier de la Gare, dans la capitale. Selon lui, la présence policière se révèle efficace. D’ici 2023, quelque 600 policiers et 240 civils patrouilleront sur le terrain. Le gouvernement propose d’adapter la stratégie antidrogue, avec des volets préventifs et répressifs. Selon Xavier Bettel, la criminalité au Luxembourg «se concentre sur quelques endroits bien précis».

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Le discours du Premier ministre

Vous pouvez retrouver notre direct sur le discours sur l'état de la Nation prononcé ce mardi par le Premier ministre Xavier Bettel en suivant ce lien.

Ton opinion