Francesco Tristano – «Ce show va au-delà d’un simple concert»
Publié

Francesco Tristano«Ce show va au-delà d’un simple concert»

LUXEMBOURG - Le musicien et DJ luxembourgeois Francesco Tristano présente son show électro «p:anorig» pour la
première fois au Grand-Duché.

«L’essentiel»: Vous serez sur scène à Echternach le 1er août. Premier concert depuis longtemps au Luxembourg?

Francesco Tristano: Oui, je suis au Luxembourg depuis quelque temps, pour bien préparer la date. J’avais joué l’été dernier à la Philharmonie, j’avais ouvert une série qui s’appelait «Back to Live». Mais cela fait un an que je n’y ai pas joué.

Avez-vous pu vous jouer ces dernières semaines?

J’ai tourné en Italie, j’étais très content de jouer dans un festival en plein air avec un millier de personnes, ça faisait une éternité. Et en Allemagne, où c’était à l’intérieur.

Comment avez-vous traversé cette année particulière?

Je ne pensais pas que ça allait être aussi long. Je saisis toutes les opportunités mais je suis moins optimiste que d’autres par rapport à la rentrée. Finalement, les aéroports et les avions ne me manquent pas, ce qui manque c’est plus le fait de ne pas pouvoir partager avec le public sur scène, l’adrénaline, la sérotonine et toutes ces substances enivrantes. On est forcés à réapprendre notre routine. J’essaye de ressortir le positif. À un niveau personnel, c’est plus simple que pour beaucoup.

Avez-vous profité cette période pour composer?

Je me suis ressaisi l’an dernier, car je n’étais pas très créatif au début. J’ai pu enregistrer et j’espère même avoir pris un peu d’avance sur mes prochaines sorties. Il y a aura un «Solo Piano» qui sortira l’année prochaine avec quelques EP en amont dès la rentrée. Et aussi une demi-douzaine de remixes ces prochains mois.

Vous allez présenter un projet électro sur scène. Pouvez-vous nous en parler?

Ce projet a vu le jour il y a cinq ans. C’était le projet live de mon dernier album dancefloor, qui s’appelait «Surface Tension», sur le label Transmat Records. C’était le show qui accompagnait l’album. Un show nouveau dans l’aspect immersif de la scène, du design de la mise en scène. Les lumières sont synchronisées sur les beats. On l’a présenté à Tokyo, à San Francisco, à Rome ou Berlin mais jamais au Luxembourg. C’est la première luxembourgeoise, on est très excités. Ça va au-delà d’un simple concert.

Avez-vous des dates prévues cet été?

Je vais reprendre un projet avec une compagnie qui s’appelle Metamorphosis Dance, basée à Madrid. On va jouer à San Sebastian. J’ai à la rentrée quelques dates en France, en Espagne et en Allemagne. Mais tout est encore très lent. Je comprends les promoteurs, en septembre dernier on a fait trois pas en avant puis cinq en arrière. Une tournée en ce moment n’aurait aucun sens.

(Propos recueillis par Cédric Botzung/L'essentiel)

Ton opinion