Etats-Unis – Ce sont «les fesses les plus connues d'Instagram»

Publié

États-UnisCe sont «les fesses les plus connues d'Instagram»

Nadia et Dana, jumelles originaires d'Argentine, gagnent près de 25 000 euros par mois en publiant des photos de leur derrière sur les réseaux sociaux.

Nadia et Dana Bruna, 30 ans, ont trouvé un moyen efficace de se faire de l'argent. Beaucoup d'argent. Ces jumelles argentines bombardent les réseaux sociaux de photos de leurs fesses, qu'elles ont fait élargir grâce à la chirurgie esthétique. Les deux soeurs établies à Miami (Floride) peuvent aujourd'hui se permettre de vivre dans le luxe, rapporte le Daily Mail. Elles ont notamment pu bénéficier gratuitement d'opérations de chirurgie esthétique pour lesquelles elles auraient dû débourser 52 000 euros. En contrepartie, les Argentines devaient simplement vanter les résultats de ces interventions sur le web.

Pour obtenir le résultat désiré, Nadia et Dana ont dû déplacer dans leur derrière trois kilos de graisse provenant d'autres parties de leur corps. Aujourd'hui, les jumelles sont fières de leurs fesses, qui mesurent 102 centimètres. Devenues célèbres sur Instagram, où elle comptent plus d'un million de followers, les deux trentenaires songent à faire fructifier leur «business». Elles réalisent jusqu'à 150 selfies par jour et ont commencé à être actives sur l'application Supe, où les utilisateurs paient pour visionner des clichés et des vidéos.

«Les fesses, ça vend bien»

«Entre Supe et Instagram, nous nous faisons chacune entre 15 000 et 17 000 dollars par mois», explique Nadia. Sa sœur ajoute: «Nous avons les fesses les plus connues d'Instagram. Et les fesses, ça vend bien.» Les «reines des selfies» autoproclamées ont également passé sous le bistouri pour se faire gonfler la poitrine ainsi que les lèvres. Elles reçoivent régulièrement des injections d'acide botulique. «Nous le faisons parce que nous sommes vaniteuses. Et plus on en fait, plus on en veut», confie Nadia. La jeune femme ajoute qu'elle considère le fait que les hommes les voient comme des objets sexuels comme une «bénédiction».

Les jumelles n'ont pas que des admirateurs, loin de là. Elles sont régulièrement la cible de détracteurs passablement virulents. «Sans nous connaître, ils nous disent que nous n'avons pas de cerveau», déplore Nadia. «Mais nous avons confiance en ce que nous sommes», conclut Dana.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion