Baidu Apollo RT6: Ce taxi-robot chinois à bas prix n’a pas de volant

Publié

Baidu Apollo RT6Ce taxi-robot chinois à bas prix n’a pas de volant

En raison de leur technologie, les véhicules autonomes sont très chers. Baidu, le géant chinois de la technologie, entend changer la donne.

par
Holger Holzer
Baidu, le géant chinois qui développe le moteur de recherche du même nom, vient de présenter un nouveau taxi-robot qui devrait arriver sur le marché en 2023.

Baidu, le géant chinois qui développe le moteur de recherche du même nom, vient de présenter un nouveau taxi-robot qui devrait arriver sur le marché en 2023.

Baidu

Baidu, le géant chinois qui développe le moteur de recherche du même nom, vient de présenter un modèle de navette autonome qui devrait assurer un service commercial de taxi dès l’année prochaine. Cerise sur le gâteau: le van, présenté lors de la conférence mondiale du groupe informatique, ne devrait coûter que l’équivalent de 39 000 euros et contribuer ainsi à la percée économique des voitures robotisées. La génération précédente de l’Apollo était encore deux fois plus chère. L’entreprise compte mettre des dizaines de milliers de véhicules sur les routes chinoises. On ignore toutefois qui construira le véhicule et qui fournira la technologie nécessaire à sa fabrication.

Dénué de volant, le véhicule peut accueillir jusqu’à quatre passagers à bord. Un distributeur de snacks est même  disponible en option.

Dénué de volant, le véhicule peut accueillir jusqu’à quatre passagers à bord. Un distributeur de snacks est même  disponible en option.

Baidu

L’Apollo de 4,76 mètres de long est disponible en option sans volant, mais avec des sièges supplémentaires ou des distributeurs de snacks dans l’habitacle. Selon l’entreprise, 38 capteurs dont huit scanners laser et douze caméras permettent une conduite entièrement automatisée au niveau d’autonomie 4. L’Apollo est donc capable de rouler de façon totalement autonome, mais uniquement dans des zones désignées. Selon Baidu, les capacités du système devraient être équivalentes à celles d’un conducteur humain avec 20 ans d’expérience.

Pour l’heure, le groupe chinois de technologie se place en tête du secteur avec son propre robot-taxi. Son homologue américain, Google, se lance également dans le secteur du ride-hailing (VTC) avec sa filiale Waymo et exploite déjà des flottes d'essai sur certains sites. S’ajoutent à cela en Chine des concurrents comme Pony.AI et WeRide. Le principal avantage pour Baidu pourrait être les faibles coûts à l’unité annoncés. Jusqu'à présent, il manque toutefois dans l'empire du Milieu un cadre juridique pour l'utilisation de taxis-robots à grande échelle.

Ton opinion

3 commentaires