Bande dessinée – Cédric fête ses 30 ans... et n'a pas pris une ride

Publié

Bande dessinéeCédric fête ses 30 ans... et n'a pas pris une ride

«Silence, je tourne!». C'est le nom du tome 30 de Cédric pour son trentième anniversaire.

«Nous sommes un vieux couple avec de vieilles habitudes», disent en chœur le scénariste, Raoul Cauvin, et le dessinateur, Tony de Luca (dit Laudec). À 78 et 68 ans, ils s'entendent toujours comme larrons en foire pour faire vivre leur progéniture Cédric, 30 ans et 30 albums au compteur. «Je suis jaloux de lui car il ne prend pas une ride, contrairement à moi. Il est toujours aussi jeune 30 ans après. Je me console en disant que je reste jeune dans mon cœur et dans ma tête», dit Laudec.

«Je ne savais même pas que c'était le 30e album. Heureusement qu'il n'y a pas eu de gâteau d'anniversaire. Car si j'avais dû souffler les bougies, j'aurais perdu mon dentier», ajoute Raoul Cauvin, qui n'en rate jamais une. Pour ces deux «vieux» routiers de la BD franco-belge, l'aventure a commencé en 1986 sur une envie de Laudec. «Il m'a montré une planche. C'était pas terrible. Je lui ai demandé s'il l'avait dessinée avec une mitraillette dans le dos», dit Cauvin. «C'était une très mauvaise entrée en matière, mais je suis revenu à la charge plus tard. Cette fois, les crayonnés de personnages ont plu à Raoul», renchérit Laudec.

Si le scénariste a proposé Thierry comme prénom, le dessinateur a finalement imposé Cédric. Depuis, l'écolier âgé de 8 ans, espiègle et pas très studieux, vit au rythme des albums. Il est toujours amoureux de Chen, une petite Chinoise. Mais il a un rival, Nicolas d’Aulnay des Charentes du Ventou, dont la famille est très riche. «Comme chaque enfant, il a gardé sa part d'innocence. Il croit à tout et à rien. Il se pose quelques questions sans trouver les bonnes réponses. À son âge, tout est encore permis». Depuis 30 ans, Cauvin le plonge dans des situations gaguesques et tendres.

«Il le faisait jouer aux billes et aux osselets jusqu'à ce que je dise à Raoul que les jeunes jouent avec des consoles de jeux. Alors Cédric s'est mis à la Wii», note Laudec de manière très espiègle. Le petit héros est connu de 85 % des 6-14 ans. Il a sa BD traduite en neuf langues, ses propres jeux vidéo (3), son site Internet et sa série télévisée (diffusée dans 56 pays). Et il devrait devenir prochainement un vrai héros de cinéma. «Dire qu'on ne pensait faire que trois ou quatre albums...», disent aujourd'hui ses deux papas de papier.

«Cédric T. 30 - Silence, je tourne!». Cauvin-Laudec. Dupuis.

(Denis Berche/L'essentiel)

Ton opinion