Covid au Luxembourg – Certaines sociétés devraient conserver le CovidCheck
Publié

Covid au LuxembourgCertaines sociétés devraient conserver le CovidCheck

LUXEMBOURG - Conserver le CovidCheck au travail ou non? Certaines entreprises le gardent, d'autres n'ont pas encore pris de décision.

La nouvelle loi Covid prévoit de rendre optionnel le CovidCheck au travail, qui était obligatoire depuis le 15 janvier.

La nouvelle loi Covid prévoit de rendre optionnel le CovidCheck au travail, qui était obligatoire depuis le 15 janvier.

Julien Garroy

La nouvelle loi Covid prévoit de rendre optionnel le CovidCheck au travail, qui était obligatoire depuis le 15 janvier. «Il a fallu deux semaines pour tout mettre en place, explique Luis Cadima, responsable de Morganite Luxembourg, société de fournitures et matériel industriels. Nous allons garder ce régime jusqu'au 28 février, même si cela devient optionnel. C'est aussi une façon de mieux contrôler, car nous avons eu des cas de Covid en décembre, préjudiciables à la production. Maintenant, cela ne semble pas vraiment honnête de la part du gouvernement. Des salariés qui se sont fait vacciner dans la contrainte sont frustrés par ce manque d'honnêteté intellectuelle».

Chez BDO Luxembourg, société d'audit, le CovidCheck avait été introduit en novembre. «Il a bien fonctionné et a été accepté par les employés. Nous allons proposer aux délégations de le maintenir. Nous voyons dans ce régime la possibilité d'avoir une plus grande normalité au travail», indique Daniel Hilbert, People Partner. Dans de nombreuses entreprises contactées par L'essentiel comme les CFL, Raiffeisen, la BIL, ArcelorMittal, Tango ou encore ING, la question n'a pas encore été tranchée.

Des discussions au sein de l'entreprise?

Certaines «veulent abandonner le CovidCheck, qui a trop retardé la production, notamment sur les chantiers», tandis que d’autres «estiment qu’il est intéressant de le prolonger, car il apporte un surplus de sécurité», rapporte Marc Kieffer, secrétaire général de la Fédération des industriels luxembourgeois (Fedil). «Tout cela est rapide, puisque nous nous apprêtons à rendre le dispositif facultatif seulement trois semaines après l’avoir mis en place. Mais heureusement, les partenaires sociaux ont été consultés», relève Jean-Paul Olinger, directeur de l’Union des entreprises luxembourgeoises (UEL).

Ce dernier espère que le choix de poursuivre ou non le dispositif «se fera à l’aide de discussions au sein de l’entreprise». Le responsable estime que le CovidCheck «fonctionne bien dans les bureaux, où il y a souvent une ou deux entrées, mais moins pour ceux qui travaillent en extérieur ou de manière éparpillée. Là, les contrôles sont plus difficiles à mettre en place». Les entreprises les plus enclines à retirer le CovidCheck sont aussi «celles qui manquent de personnel, à cause d’Omicron ou des non-vaccinés, qui ont pris des congés».

(Joseph Gaulier, Jean-François Colin et Marion Mellinger/L'essentiel)

Ton opinion