Emploi au Luxembourg – Ces dix secteurs qui peinent le plus à recruter

Publié

Emploi au LuxembourgCes dix secteurs qui peinent le plus à recruter

LUXEMBOURG - Pour certaines professions, les employeurs sont obligés de chercher des travailleurs par-delà les frontières de l’Europe.

Le Luxembourg est fortement dépendant de la présence d’une main-d’œuvre qualifiée et en particulier de travailleurs provenant de l’étranger.

Le Luxembourg est fortement dépendant de la présence d’une main-d’œuvre qualifiée et en particulier de travailleurs provenant de l’étranger.

DPA

Certains secteurs au Luxembourg connaissent de grands problèmes de recrutement. C'est ce que constate Michel Beine, professeur d’économie internationale à l’Université de Luxembourg, dans une publication de la fondation Idea, une association créée par la Chambre de commerce. Notamment dans les professions à hautes qualifications.

Un tableau de l'Adem montre ainsi le top 10 des secteurs qui peinent le plus à recruter sur la période 2015-2019. On retrouve aux trois premières places l'informatique, la comptabilité et le conseil management. «Certains secteurs qui, au moment de l’établissement de la liste, ne connaissaient pas de grands problèmes de recrutement, ont récemment expérimenté de tels problèmes, ajoute Michel Beine, qui est également membre du conseil scientifique de la fondation Idea. Il en va par exemple du secteur de l’éducation, de la recherche en sciences et du secteur de l’éducation».

Comment pourvoir ces postes? Car le professeur d'économie note que les sources européennes de main-d’œuvre qualifiée ne suffisent plus au Luxembourg. Les employeurs sont ainsi obligés de chercher des travailleurs par-delà les frontières de l’Europe. À ce titre, la carte bleue européenne permet un allègement du processus de recrutement, comparé au titre de séjour salarié (série de conditions plus ou moins lourdes). La possibilité d’y recourir est néanmoins liée à une rémunération brute 50% plus élevée que le salaire brut moyen annuel à Luxembourg. Fin 2017, le seuil se situait à 74 000 euros (bruts).

«Le seuil de rémunération d’octroi de la carte bleue peut s’avérer pour un employeur trop élevé pour certains immigrants, notamment des travailleurs juniors», regrette Michel Beine. La loi a néanmoins prévu, pour un certain nombre de professions en pénurie, un seuil inférieur d’octroi qui s’élève à 20% au-dessus du salaire brut moyen annuel. La liste contient dix professions en pénurie et a été établie en 2015.

Problème: cette liste n'a pas été remise à jour depuis sa création. Michel Beine appelle à sa mise à jour régulière, afin de prendre en compte les secteurs qui sont depuis peu confrontés à de grands problèmes de recrutement.

(ol/L'essentiel)

Ton opinion