ESCH 2022 – Cet avion de Luxair, future star des réseaux sociaux

Publié

ESCH 2022Cet avion de Luxair, future star des réseaux sociaux

LUXEMBOURG - Dès samedi, Luxair desservira ses destinations avec un avion inédit, coloré, imaginé par l’artiste Lynn Cosyn, dans le cadre de Esch2022. Superbe!

Esch-Sur-Alzette, capitale européenne de la culture, à partir du 26 février 2022, c’était l’assurance d’y associer tout ce qui fait le Luxembourg. Ce vendredi, la directrice générale de l’événement, Nancy Braun, était à l’aéroport du Findel pour présenter un partenariat et sans doute, d’ores et déjà, l’un des projets les plus marquants. Un avion Luxair, rien que ça, pour faire voler à travers le monde les couleurs et symboles du Luxembourg et en particulier d’Esch-sur-Alzette.

L’engin était encore dans un hangar à deux pas du tarmac, vendredi, mais à partir de samedi, à 13h10 pour être précis, il décollera vers Tenerife. Tout le long de l’avion, des personnages sortis de l’imagination de l’artiste luxembourgeoise Lynn Cosyn. Des sourires, des couleurs, des plantes, des bâtiments eschois symboliques, aussi, ornent l’appareil. «C’était une évidence, Luxair est un acteur de la promotion du pays», glisse Gilles Feith, CEO de Luxair.

Imaginez-le à l’aéroport de Dubai

Partout où vole Luxair, cet avion singulier ne passera pas inaperçu et c’est bien l’objectif. Les planespotters (NDLR: passionnés qui photographient les avions) l’attendront, les réseaux sociaux devraient très vite être inondés d’images de cette curiosité heureuse. Surtout quand l’avion en question se posera à Dubaï, dans les prochaines semaines. «Un avion est un média extraordinaire», appuie Vincenzo Manzella, directeur marketing de la compagnie.

Le partenariat est donc gagnant-gagnant pour tous en terme d’image, Esch2022, Lynn Cosyn et Luxair. Particulièrement émue et honorée, la jeune artiste de 35 ans avait l’impression de réaliser un rêve: «Qui l’aurait cru quand j’ai pris l’avion pour la première fois de ma vie, en 1993?». Dès demain et pour 18 mois, son nom sera identifiable d’un aéroport à l’autre bien au-delà du Grand-Duché. Et déjà des projets sont attendus pour décliner sur des vêtements et autres les dessins qui entourent les hublots. «Cet avion n’est que la première partie», avance Gilles Feith, dans un clin d’œil.

(Nicolas Chauty/L'essentiel)

Ton opinion