CityLity primée – Cette application améliore la sécurité au travail

Publié

CityLity priméeCette application améliore la sécurité au travail

LUXEMBOURG - L’application de CityLity a été distinguée en matière de sécurité au travail.

L’application permet d’alerter rapidement les personnes responsables dès qu’un incident de chantier est détecté.

L’application permet d’alerter rapidement les personnes responsables dès qu’un incident de chantier est détecté.

«On crée des communautés et on organise la communication entre les membres et avec le gestionnaire de la communauté», résume André May, président et cofondateur de CityLity. La start-up née en France en 2014, dont la holding est basée au Grand-Duché, a été distinguée lors des prix Sécurité-Santé au travail.

Membre de l’incubateur Paul Wurth, elle développe une application mobile dont un volet est utilisé depuis octobre par Secolux, pour améliorer la sécurité sur les chantiers. «Un chef d’équipe remarque un incident comme une rambarde mal fixée. Simplement, rapidement, il transmet l’information aux bonnes personnes avec des photos et une géolocalisation. Le temps entre la détection d’un incident et sa résolution est ainsi réduit à deux heures, contre douze à 18 heures sinon», illustre André May.

CityLity dit équiper plus de 50 000 appartements

D’autres fonctionnalités sont étudiées par les ministères de l’Économie et du Développement durable et des Infrastructures. «Il peut s’agir de trouver des équipements en ville, comme des vélos ou des voitures en libre partage, des poubelles de tri, des bornes de recharge électrique, des défibrillateurs, etc. Et là aussi d’envoyer une alerte si un problème est repéré».

Sur les bords de la Moselle, on sera au courant des crues, des équipements en place... En passant à une autre communauté, celle de son travail ou de son immeuble, on pourra trouver un partenaire pour aller courir sur les berges, etc. CityLity, qui dit équiper plus de 50 000 appartements et 10 000 salariés en entreprises, va lever une somme de 1,5 million d’euros en fin d’année, après avoir déjà reçu 3 millions.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Ton opinion