Suppression du billet de 500 euros – «Chacun a le droit de protéger ses économies»

Publié

Suppression du billet de 500 euros«Chacun a le droit de protéger ses économies»

LUXEMBOURG - Si l'ABBL approuve la suppression des billets de 500 euros, l'ASBL Protinvest monte au créneau pour réclamer leur maintien.

Les billets de 500 euros sont en sursis.

Les billets de 500 euros sont en sursis.

AFP

«Sur les photos de prise de drogues, d’armes et d’argent liquide, vous avez déjà vu beaucoup de billets de 500 euros? Quasiment jamais», indique Edgar Bisenius, secrétaire général de l’ASBL Protinvest qui défend les intérêts des investisseurs. Selon lui, l’argument de la BCE selon lequel ces billets sont trop souvent utilisés par les criminels pour blanchir de grosses sommes d’argent ne tient pas. Les fraudeurs préféreront toujours les coupures «plus banales». «Vous avez déjà essayé de payer vos courses avec un billet de 500 euros? La caissière vous regarde bizarrement et appelle en général la sécurité. Cela est immédiatement suspect».

«Supprimer les billets de 500 euros et puis après quoi? Ceux de 100 euros? On parle déjà de bannir les petites pièces de un et deux centimes», regrette Edgar Bisenius. «Diminuer l’argent liquide, c’est donner plus de pouvoir aux banques et la garantie bancaire n’est pas infinie, on l’a malheureusement constaté par le passé». Selon lui, les gens ont donc le droit de garder chez eux, en sécurité, une partie de leurs économies en liquide, «chacun a le droit de protéger ce qui lui appartient».

«Je ne suis évidemment pas contre les investisseurs, il faut investir dans l’économie» mais «chacun a le droit de protéger ce qui lui appartient». Et de proposer une métaphore: «Je peux aller jouer au casino à Mondorf avec une partie de mon argent et laisser l’autre partie dans la voiture pour être sûr qu’elle ne sera pas perdue».

(MC/L'essentiel)

Ton opinion