Chanel et Lacroix sont déjà en automne

Publié

Chanel et Lacroix sont déjà en automne

Mardi avait lieu les défilés automne-hivers 2009 des deux maisons de haute-couture françaises. Dentelle pour Lacroix, orgue grandiose pour Chanel.

Sous la verrière du Grand Palais où se tenait le défilé de Karl Lagerfeld pour Chanel, au deuxième jour de présentation des collections haute couture parisiennes, plusieurs centaines d'invités ont applaudi les mannequins qui apparaissaient et disparaissaient entre de grands cylindres gris installés sur la scène, symboles d'un orgue géant. Des alignements de minces "tuyaux" de tissu soulignent comme des smocks la taille des robes ou structurent des manches en leur donnant un aspect rigide et du volume.

"L'inspiration, c'est le buffet d'orgue de la salle Gaveau", a précisé Karl Lagerfeld à la presse. L'orgue de la célèbre salle parisienne de concerts classiques a été récemment restauré. "Tout d'un coup, j'ai trouvé très joli les buffets d'orgue et j'ai eu l'idée du décor, la collection est venue de là", dit-il.

Robe rose

Karl Lagerfeld propose des "robes qui ressemblent à des tailleurs et qui n'en sont pas". L'essentiel de la collection se décline dans des nuances de gris, de noirs et de blancs. Une robe longue rose se fait d'autant plus remarquer.

Certains mannequins portent comme des cadres de tableau autour du visage, attirant encore davantage le regard vers le haut de la silhouette.

Arabesques

Autre décors pour Christian Lacroix. Le couturier défilait pour la deuxième fois à Beaubourg et a livré une collection plutôt sombre. Impressions d’arabesques de dentelle noire et broderies de jais sur de courts fourreaux, des manteaux ou robes à volumineuses manches lampions. La silhouette est souvent courte, près du corps.

La collection vient un peu "du monde de l'insecte", explique Christian Lacroix. Mais, souligne-t-il, "je ne me suis pas amusé à faire un Microcosmos", en référence au film sur la vie des insectes. Ce ne sont "pas non plus des costumes de fin d'école maternelle", du genre "ma fille s'habille en libellule". La collection joue plutôt avec les idées de carapaces, de "choses un peu comme des élytres, très transparentes".

avec AFP

Ton opinion