Au Luxembourg – Chaque résident jette 118 kg de nourriture par an

Publié

Au LuxembourgChaque résident jette 118 kg de nourriture par an

LUXEMBOURG - Une étude menée en 2018 et 2019 montre que le gaspillage alimentaire a du mal à baisser, malgré quelques signes de progrès.

Les ménages restent de loin les principaux producteurs de déchets alimentaires.

Les ménages restent de loin les principaux producteurs de déchets alimentaires.

AFP

Depuis 2016, l'Administration de l'environnement se penche sur le contenu de nos poubelles, pour étudier l'évolution du gaspillage alimentaire... et mieux le combattre. Menée avec un bureau spécialisé, l'étude a porté sur les déchets produits par les ménages, les commerces, la restauration collective et le secteur de la gastronomie (restaurants et hôtels). Une distinction a été faite entre les déchets alimentaires évitables (restes alimentaires, pâtes, légumes, fruits, aliments emballés...) et ceux considérés comme inévitables (résidus de préparation, coquilles, os, éléments non comestibles).

Résultat pour la période 2018/2019: en moyenne, chaque résident a jeté 118 kg de nourriture par an, dont plus d'un tiers serait évitable (48 kg). Par consommateur et par jour, ce sont pas moins de 324 g d'aliments qui finissent à la poubelle. Si la quantité totale de déchets alimentaires, tous secteur confondus, a augmenté d'environ 4,8% par rapport à 2016 (70 762 tonnes contre 67 510 tonnes), la quantité par résident a diminué de 3,8% (123 kg en 2016).

Prise de conscience dans la restauration collective

Quelque 70 800 tonnes de déchets alimentaires sont éliminés chaque année. Les ménages restent les principaux producteurs, avec 53 270 tonnes (+8,1% en trois ans), suivis par la restauration collective, avec 7 092 tonnes (-7,3%), la gastronomie (5 250 tonnes, -14,6%) et le commerce, dont les quantités de déchets produits ont augmenté de plus de 15% pour s'établir à 5 150 tonnes en 2019. Les déchets alimentaires évitables éliminés sont estimés à 75,5 euros par habitant et par an, soit 46,5 millions d'euros par an pour l'ensemble du Grand-Duché.

Si les auteurs de l'étude ne détaillent pas les raisons de la baisse du gaspillage dans le secteur de la gastronomie, ils indiquent que la diminution observée dans la restauration collective est due à une prise de conscience et à une multiplication des initiatives dans les écoles, les garderies, les hôpitaux ou encore les maisons de retraite.

(pp/L'essentiel)

Ton opinion