Energie au Luxembourg – «Chaque toit doit aller plus vite vers le solaire»
Publié

Énergie au Luxembourg«Chaque toit doit aller plus vite vers le solaire»

ESCH - Pour visualiser en un clic et en 3D quel est le potentiel énergétique d'une ville, en terme de photovoltaïque comme de rénovation, un nouvel outil est né au Luxembourg.

Claude Turmes, le ministre de l'Énergie et de l'Aménagement du territoire, veut que que chaque toit au Luxembourg aille au plus vite vers le solaire.

Claude Turmes, le ministre de l'Énergie et de l'Aménagement du territoire, veut que que chaque toit au Luxembourg aille au plus vite vers le solaire.

Bien sûr l'étude est théorique et les habitants d'Esch-sur-Alzette n'auront certainement pas tous, demain, des panneaux photovoltaïques partout sur leurs toits et façades. Mais depuis trois ans et demi, le Luxembourg Institute of Science and technologie (LIST), financé par la Fondation Enovos sous l'égide de la Fondation de Luxembourg, a pris la métropole du fer comme exemple de son projet SECuRE.

Objectif: définir le potentiel énergétique d'une ville. En compilant sur des cartes des milliers d'informations, en simulant l'irradiation du soleil et en réalisant des modélisations en 3D, les chercheurs du LIST ont pu créer un outil qui pourrait devenir précieux pour toutes les villes du monde. Il donne, en un coup d'œil et en 3D, une idée des lieux où implanter des panneaux photovoltaïques efficaces et quels bâtiments rénover en priorité pour une meilleure efficacité énergétique.

Optimiser les choix de surfaces à couvrir

«Selon nos estimations, sur la totalité d'Esch-sur-Alzette, on pourrait produire 20 gigawatts par an sur les toits et 15 à 20 en façade soit 30 à 40 gigawatts au total. C'est très conséquent. Nous n'avons pas la consommation exacte, chaque année de la ville, mais cela représente sans doute 60 à 70 %», a précisé Ulrich Leopold, le responsable du projet doté d'un budget de 337 000 euros.

Mais si tous ces panneaux ne sont évidemment pas implantables, ne serait ce que sur les monuments, l'outil bientôt appliqué l'ensemble du Luxembourg, servira avant tout à optimiser le choix des surfaces à couvrir de photovoltaïque.
Grâce à des données sur le type de maisons, de matériaux, d'isolation des calculs ont aussi été réalisés pour définir quels bâtiments doivent être améliorés au plus vite. De quoi planifier la rénovation urbaine et guider les choix des politiques.

«Ce projet apporte une information nécessaire pour accélérer la transformation énergétique», a insisté le ministre de l'Énergie et de l'Aménagement du territoire Claude Turmes. «Savoir en un clic combien un toit ou une façade peut produire d'énergie aide à accélérer la décision d'investir dans le solaire. Et je veux que chaque toit au Luxembourg aille au plus vite vers le solaire. Et cet outil donne aussi des informations sur l'efficacité énergétique dans les maisons».
Prochain défi alimenter encore de données plus précises sur chaque maisons les modélisations et proposer cet outil transposable dans n'importe quelle ville.

(Nicolas Martin / L'essentiel )

Ton opinion