Au Luxembourg: Choisir d'acheter une voiture en 2023: «Au final, c’est une question de budget»

Publié

Au LuxembourgChoisir d'acheter une voiture en 2023: «Au final, c’est une question de budget»

LUXEMBOURG – Vert et discount ne font pas nécessairement bon ménage. La percée des voitures électrifiées dans un monde qui se pense toujours plus vert signifie-t-elle la fin des voitures pas chères?

par
Jean-François Colin

Dans la «jungle» du thermique et de l’électrifié, le public a de plus en plus de difficultés à s’y retrouver. Une chose, cependant, est limpide: le parc électrifié (100% électrique, hybride classique, «full» hybride et hybride rechargeable ou «plug-in») ne cesse de s’étendre, d’année en année. Les chiffres sont implacables: en 2022, les véhicules électrifiés ont représenté 43,4% des immatriculations neuves au Luxembourg (soit 23 298 sur un total de 53 683), contre 36,8% en 2021 et… 19,8% en 2020.

«Nous ne pouvons que conseiller aux gens de se déplacer chez un concessionnaire durant l’Autofestival, et de faire l’essai de véhicules, sans aucune obligation d’achat bien sûr, afin de mieux appréhender son comportement routier. C’est un salon d’information», indique Philippe Mersch, président de la Fedamo. «Tout dépend des habitudes de mobilité de chacun. Après, cela reste une question de budget, tout simplement», poursuit-il.

Budget! Le mot est lâché. Car le coût d’acquisition d’un véhicule électrifié est aujourd’hui clairement plus élevé que celui d’une voiture thermique, même si beaucoup d’autres données (primes de l’État, coûts d’entretien, consommation, …) sont à prendre en considération. Mais la question est posée: l’électrification du parc automobile marque-t-elle la fin des «petites voitures pas chères»?

«Les prix augmentent sans cesse, et c’est le risque»

Philippe Mersch admet que «les prix augmentent sans cesse, et c’est le risque. Les grands constructeurs automobiles tirent d’ailleurs la sonnette d’alarme sur le ''tout électrique''». Et le président de la Fedamo va même encore plus loin, en affirmant que «les coûts d’achat deviennent tellement élevés pour une grande partie de la population, que l’on va, à un moment donné, se retrouver avec une tranche de la population qui ne va plus jamais pouvoir acquérir de véhicule. Cette situation implique un vrai changement de paradigme, tant au niveau de la mobilité, que dans les types de financement».

Pour Michel Louro, directeur opérationnel chez Losch - «où environ 80% des ventes en 2022 étaient du thermique» -, «l’électrifié provoque une certaine réticence chez le client dans la mesure où l’évolution dans ce domaine est rapide, avec des autonomies allongées, ce qui pose question quant à la future revente du véhicule et sa potentielle dépréciation sur le marché». Selon lui, ce fait amorce la recherche de nouveaux types de financement et nourrit la réflexion de passer par du leasing privé. C’est une manière de conserver une valeur assurée».

Quant à savoir si la percée verte via l’électrification contribue à une hausse globale des prix, Michel Louro opine, mais apporte une nuance, estimant que «dans les prochaines années, vont sortir des modèles de plus en plus intéressants au niveau du prix. Car, analyse-t-il, nous ne sommes encore que dans une phase initiale de la production de voitures électriques bon marché». Bref, si l’équation actuelle électrifié = cherté pourrait donc s’essouffler à l’avenir, Philippe Mersch insiste plus que jamais sur «les manières d’acquérir un véhicule, les différentes possibilités de financements flexibles, notamment la location avec option d’achat qui prend de plus en plus d'importance».

Le Luxembourg en bref

Vous ne voulez rien rater de l'actualité au Luxembourg? N'en perdez pas une miette et retrouvez toutes les informations sur le Grand-Duché en bref dans notre ticker en suivant ce lien.

Ton opinion

44 commentaires