Logement au Luxembourg – «Choqué par les loyers», Kox annonce une loi

Publié

Logement au Luxembourg«Choqué par les loyers», Kox annonce une loi

LUXEMBOURG - Le ministre Déi Gréng du Logement indique ce jeudi qu'il compte déposer cet été un projet de loi pour que les loyers soient «mieux encadrés» dans le pays.

«Choqué par les loyers excessifs» le ministre Kox veut une loi cet été.

«Choqué par les loyers excessifs» le ministre Kox veut une loi cet été.

Editpress/Isabella Finzi

Le délibéré de l'affaire du loyer au Limpertsberg n'est pas passé inaperçu. Alors que le locataire n'a pas réussi à faire baisser son loyer, en se basant sur la loi existante, qui stipule qu'il ne peut dépasser 5% du capital investi dans le logement, Henri Kox, le ministre Déi Gréng du Logement, a indiqué ce jeudi qu'il prévoyait de faire voter un projet de loi à la Chambre, «durant l'été». Objectif affiché: faire en sorte que la réglementation soit «mieux définie et précisée, afin qu'elle soit efficace et que les locataires puissent s'y référer».

«Le procès a montré que l’usage est de prendre en compte les prix du marché pour fixer les loyers, qui sont souvent choquants car excessifs, explique le ministre. Faire respecter la garantie de 5% ne serait pourtant pas préjudiciable pour les propriétaires, ce n'est quand même pas rien».

«À peine 5 000 logements» à des loyers modérés

À plus long terme, Henri Kox a dévoilé son plan pour résoudre les difficultés que peuvent rencontrer les résidents pour financer l'accès ou le maintien dans un logement, en se basant sur deux notes de l'Observatoire de l'habitat (voir encadré), qui ont été présentées ce jeudi par le Liser. Il souhaite notamment créer davantage de logements abordables et publics, alors qu'aujourd'hui «à peine 5 000 logements» sont loués à des loyers modérés.

Le ministre souhaite à ce titre poursuivre la décision du gouvernement précédent de mettre en «location abordable» 70% des logements que les promoteurs publics développeront au cours des années à venir dans les grands projets. «Le loyer sera adapté à la situation de revenu des ménages, afin qu'il représente plutôt les 30% du revenu disponible, au lieu de 50%», explique Henri Kox, qui souhaite que les familles puissent avoir «un niveau de vie décent».

(Olivier Loyens/L'essentiel)

Les locataires sont plus en difficulté que les propriétaires

Le Liser souligne dans une note sur «l'évolution du taux d'effort au Luxembourg» que les difficultés que peuvent rencontrer les ménages pour financer l'accès ou le maintien dans un logement «semblent s'être accrues» entre 2010 et 2018, «qu'ils soient propriétaires ou locataires». Ainsi l'institut de recherche socio-économique note une hausse de la proportion de ménages dont le taux d'effort (rapport entre le coût du logement et le revenu disponible) est de 40% ou plus. «La hausse est un peu plus marquée pour les locataires», note-t-il.

Ton opinion