Télécoms en France – Christel Heydemann à la tête d'Orange
Publié

Télécoms en FranceChristel Heydemann à la tête d'Orange

Le conseil d'administration du géant français des télécoms a entériné, vendredi, le choix de Christel Heydemann, 47 ans, pour succéder à Stéphane Richard.

En lice face à d'autres «profils intéressants», Christel Heydemann a pu compter sur le soutien décisif du gouvernement pour devancer ses concurrents.

En lice face à d'autres «profils intéressants», Christel Heydemann a pu compter sur le soutien décisif du gouvernement pour devancer ses concurrents.

AFP/Eric Piermont

Diplômée de Polytechnique et de l'École des Ponts et Chaussées, Christel Heydemann devient la deuxième femme à diriger une entreprise du CAC 40, avec la directrice générale d'Engie, Catherine MacGregor (à partir du 1er juillet, Estelle Brachlianoff deviendra également directrice générale de Veolia).

Sa prise de fonction est prévue le 4 avril 2022, a indiqué Orange, dans un communiqué. «Afin de préserver la continuité des activités de l'entreprise et d'assurer une transition la plus efficace possible», Stéphane Richard va poursuivre «son mandat de président-directeur général jusqu'à la prise de poste de Christel Heydemann», a précisé l'entreprise.

Changement de gouvernance

À la tête de l'opérateur historique depuis 2011, M. Richard a été reconnu coupable en novembre de complicité de détournement de biens publics dans l'affaire de l'arbitrage controversé rendu en 2008 entre l'homme d'affaires Bernard Tapie, depuis décédé, et le Crédit Lyonnais. Il était à l'époque directeur de cabinet de la ministre de l'Économie, Christine Lagarde.

Le scénario étudié depuis plusieurs mois pour changer la gouvernance d'Orange a également été acté vendredi, par le conseil d'administration, à savoir la dissociation des fonctions de président et de directeur général que Stéphane Richard cumulait. Plusieurs groupes dont l'État est actionnaire ont mis en place une telle gouvernance, comme Renault, après le départ de Carlos Ghosn, ou Engie, où Gérard Mestrallet est passé en 2016 de PDG à président non exécutif.

«Tout le monde s'est rangé à la position de l'État»

En lice face à d'autres «profils intéressants», Christel Heydemann a pu compter sur le soutien décisif du gouvernement pour devancer ses concurrents. «Tout le monde s'est rangé à la position de l'État», premier actionnaire du groupe avec plus de 20% du capital, avait affirmé lundi à l'AFP une source proche du dossier. Le ministère de l'Économie avait publiquement affiché son soutien à l'actuelle directrice Europe de Schneider Electric, début janvier, en indiquant donner sa préférence à la nomination d'une femme parmi les trois candidats en lice, avec l'actuel directeur général délégué du groupe, Ramon Fernandez, et le responsable des ventes de l'opérateur américain Verizon, Frank Boulben.

Présent dans 26 pays dans le monde, Orange, qui emploie plus 140 000 salariés dans le monde, dont plus de 80 000 en France, a réalisé un chiffre d'affaires de 42,27 milliards d'euros en 2020.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion