Jaune & Vert – Christian Zilocchi à la conquête de l’Inde
Publié

Jaune & VertChristian Zilocchi à la conquête de l’Inde

ECHTERNACH/SUISSE - Nés en 2004 du coup de crayon d’un étudiant originaire du Luxembourg, Jaune & Vert se déclinent à l’international.

Christian Zilocchi a fait naître Jaune & Vert en 2004, au Canada.

Christian Zilocchi a fait naître Jaune & Vert en 2004, au Canada.

Nés au Canada, Jaune & Vert partent à l’assaut de l’Inde. Leur créateur, Christian Zilocchi, y a signé avec un «agent de licence» qui se charge de décrocher des contrats pour la fabrication et la vente d’objets à l’effigie des personnages. «C’est un assez gros agent. C’est flatteur d’être aux côtés de Betty Boop ou Popeye», lance Christian Zilocchi, qui avait créé Jaune & Vert «un peu par hasard» pour illustrer un devoir en cours de communication, alors qu’il était étudiant au Canada. Un pays où il a rencontré sa femme et dont il a pris la nationalité.

Christian Zilocchi est aussi suisse, il y a grandi et vit près de Lausanne, et luxembourgeois, son père étant d’Echternach. «Il a rencontré ma mère pendant ses études. J’ai gardé des racines luxembourgeoises. J’y ai des cousins, j’y vais souvent. J’adore le Kachkéis et le crémant», sourit-il.

Il espère percer au Luxembourg

Après avoir créé ses personnages, il les a développés, entre autres sur Facebook, leur a adjoint une amie rose, Rosalee, et en a fait des livres, avant de songer au merchandising. «Si je veux en vivre, le marché suisse n’est pas très intéressant». Il a démarché ailleurs, a trouvé des débouchés dans la péninsule ibérique et en Inde.

«C’est un marché émergeant, pas encore saturé par tous les personnages existants». En Inde, une plate-forme Internet vend des tee-shirts, plateaux, tapis de souris, etc. depuis août et un fabricant de textile lancera ses produits en octobre. Pour le reste, Christian Zilocchi continue à démarcher pour viser d’autres pays asiatiques. «Mais la cerise sur le gâteau, ce serait d’être présent dans mon pays d’origine, le Luxembourg!».

(Jérôme Wiss/L'essentiel)

Ton opinion