Chrysler a rêvé le cabrio à double détente
Publié

Chrysler a rêvé le cabrio à double détente

La patrie première de la «décapotable», c’est bien sûr l’Amérique. Chrysler le prouve en déclinant sa récente Sebring sous deux formules de cabriolet!

Sous une allure personnelle, la Chrysler Sebring Cabrio allie le chic à la praticité.

Sous une allure personnelle, la Chrysler Sebring Cabrio allie le chic à la praticité.

Repris cet été par un fonds de pension américain, Ceberus, le groupe Chrysler affiche une belle confiance en l’avenir. Pour l’heure, les regards se portent sur la Sebring Cabrio.

Dernière représentante d’une courte lignée de cabriolets devenus passablement emblématiques de l’autre côté de l’Atlantique, sa nouvelle version est évidemment moins attendue de ce côté-ci.

Alors, pour convaincre son public forcément étroit, cette Américaine bon teint affirme fort quelques traits d’originalité. À commencer par le choix qu’elle offre pour sa «couverture»: soit une capote de toile traditionnelle à commande électrique de série, ou bien, en option, un toit en dur rétractable dans le coffre, conforme à l’esprit «coupé-cabriolet».

Deux mille euros et des poussières séparent ces deux formules à motorisation identique, le «hard-top» ne pouvant être associé qu’avec la meilleure finition Limited. Dans les deux cas, la silhouette est identique et ne manque pas d’harmonie, tout en ajoutant une légère connotation sportive aux volumes déjà très personnels de la récente sedan éponyme, lancée au printemps dernier.

Second atout de ce grand cabriolet: ses quatre vraies places. Ainsi qu’un coffre pas ridicule, même lorsque la capote de toile, voire le toit rigide, y sont repliés.

Philippe Hervieu

Chrysler Sebring Cabrio
Touring 2.0 CRD FAP

- Poids à vide: 1 850 kg
- Longueur: 4,930 m
- Hauteur: 1,500 m
- Consommation: 6,2 l mixte
- Capacité du réservoir: 64 l
- Cylindrée: 1 968/4 cylindres 16 soupapes avec turbo
- kW/l/min: 103/4 000 - 140 chevaux
- Accélération: 0-100 km/h 11”1
- Vitesse maxi sur circuit: 203 km/h
- Prix: 31 078,51 euros

(hard-top: 2 185,95 euros)

Une présentation à l’américaine

La physionomie de l’habitacle se décalque évidemment sur celui de la berline. Avec une planche de bord furieusement Chrysler, que souligne la petite horloge analogique de style classique ancrée en son centre, et surtout le profil d’aile stylisée, symbole de la marque, déployée face au passager avant. Beaucoup de chic aussi en Limited, avec des inserts décoratifs façon écailles de tortue sur la moitié supérieure du volant et devant l’airbag avant passager. Une concession cependant au goût européen: l’adoption du noir en couleur dominante de l’habitacle, alors que les Américains affectionnent davantage les environnements «beurre frais».

Un certain exotisme

Par rapport à ce que l’on connaît des américaines, la Sebring Cabrio apparaît mieux finie, avec une qualité de présentation honnête qui n’atteint pas vraiment le niveau des championnes européennes en la matière. De la même façon, l’habillage du ciel de toit du toit rétractable, en option sur la Touring, n’est pas mal du tout. Dans le détail, la conception d’ensemble se montre pleinement «yankee» par une praticité sans faille que fournissent, par exemple, les gros porte-gobelets posés entre les deux sièges avant, ou les massives contre-portes à large accoudoir qui permettent d’y reposer confortablement la main. Héritière du cabriolet préféré des Américains depuis longtemps, la Sebring Cabrio affiche aussi sur notre continent un positionnement prix concurrentiel qui rend vénielles les remarques relevées ci ou là en qualité perçue.

Ton opinion