Aux Etats-Unis – Chuck Hagel propulsé à la tête du Pentagone

Publié

Aux États-UnisChuck Hagel propulsé à la tête du Pentagone

Le Sénat américain a définitivement confirmé le nom du nouveau secrétaire à la Défense. La décision a été prise à l'issue d'une bataille législative rarement observée dans l'histoire américaine.

Après Robert Gate, Chuck Hagel est le deuxième républicain nommé par Barack Obama à la tête du Pentagone.

Après Robert Gate, Chuck Hagel est le deuxième républicain nommé par Barack Obama à la tête du Pentagone.

AFP

Les sénateurs ont voté à 58 voix contre 41 en faveur du candidat de Barack Obama, après que la minorité républicaine a accepté plus tôt dans la journée de cesser son obstruction. M. Hagel est âgé de 66 ans. Il pourrait prendre ses fonctions dès mercredi en remplacement de Leon Panetta. Chuck Hagel est un républicain à la réputation de franc-tireur. Il est accusé par certains dans son propre camp de ne pas être assez proche d'Israël ou de naïveté face à l'Iran. Ancien du Vietnam, réticent à engager l'armée américaine dans des conflits, sa mission sera de réduire la voilure du Pentagone.

Cet homme au visage marqué est un adepte du langage direct, un indépendant d'esprit qui n'a pas hésité à batailler contre son parti à propos de la guerre en Irak. Deuxième républicain nommé par Barack Obama à la tête du Pentagone, après Robert Gates dont il partage le pragmatisme, Chuck Hagel devra s'attaquer aux coupes d'un budget militaire selon lui «boursouflé», organiser le retrait d'Afghanistan et surveiller de près la situation en Iran et en Syrie.

Opposition à John McCain lors de la présidentielle de 2008

Chuck Hagel a grandi dans la pauvreté avec un père alcoolique et parfois violent. Il s'est façonné au Vietnam où il a servi comme sergent dans la même unité d'infanterie que son frère cadet Tom. Dans la jungle du delta du Mékong, il a été blessé à deux reprises, se voyant décerné autant de médailles Purple Heart. De retour du Vietnam, il enchaîne les petits boulots avant de décrocher un emploi dans l'équipe d'un sénateur du Nebraska, où il se fait remarquer.

À l'arrivée de Ronald Reagan au pouvoir, il devient numéro deux du ministère des Anciens combattants et n'hésite pas à démissionner pour dénoncer les coupes dans les pensions des vétérans. Il passe alors dans le privé, créant une société de téléphonie mobile qui le rendra millionnaire. Au Sénat où il est membre de la commission des Affaires étrangères, Chuck Hagel se lie d'amitié avec le républicain John McCain, le démocrate Joe Biden ou Barack Obama qu'il accompagne lors de visites de terrain en Irak et en Afghanistan. Il envisage un temps de briguer la présidence en 2008 pour finalement refuser de soutenir John McCain, dont les positions va-t-en guerre le révulsent. Il se dira même prêt à former un ticket avec le candidat Obama si on lui proposait.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion