Enneigement record – Chutes de neige en Savoie: situation «exceptionnelle»

Publié

Enneigement recordChutes de neige en Savoie: situation «exceptionnelle»

Les massifs de la Haute Maurienne et du sud de la Haute Tarentaise, en Savoie, ont été placés lundi après-midi en vigilance rouge pour les avalanches.

Cette situation se produit en moyenne «une fois tous les 30 ans».

Cette situation se produit en moyenne «une fois tous les 30 ans».

AFP

Les Hautes-Alpes (massif du Queyras et du Thabor) et les Alpes-maritimes (massif du Mercantour), également touchées par de fortes chutes de neige débordant d'Italie, ont été placées en vigilance orange. Ce phénomène dit de «retour d'Est» est dû à l'humidité de la plaine du Pô qui se condense au contact des Alpes et précipite sous forme de neige. L'épisode qui a débuté dimanche présente une «intensité inhabituellement forte» et les cumuls attendus pourront atteindre au maximum près de 2 mètres de neige, souligne Météo France.

En 24 heures déjà, près de la frontière franco-italienne, des cumuls de 50 à 90 cm ont été enregistrés en Haute Maurienne, 60 à 80 cm en Haute Tarentaise, 65 à 90 cm dans le Queyras et 40 à 50 cm dans le Thabor. Les chutes de neige vont se poursuivre, le «maximum d'intensité» étant attendu «en soirée», avec un vent fort provoquant des accumulations de neige, met en garde Météo France, qui annonce jusqu'à un mètre de neige supplémentaire en Haute Maurienne, 80 cm en Haute Tarentaise, 80 cm dans le Queyras et 50 cm dans le Thabor.

Maisons et routes menacées

La vigilance rouge indique que les départs d'avalanches vont se produire spontanément, avec comme «facteur aggravant» un «très bon enneigement actuel» qui «favorisera leur écoulement». Dans les massifs de Haute Maurienne (surtout les secteurs de Bonneval, Bessans) et du Sud de la Haute Tarentaise (secteurs de Val d'Isère et Tignes), «de nombreuses et grosses avalanches de neige poudreuse sont à attendre en soirée ce lundi pendant les chutes de neige les plus intenses», prévient encore Météo France.

Au-dessus de 1 800 m d'altitude environ, «certaines d'entre elles pourraient suivre des trajectoires inhabituelles et toucher des routes ou habitations». Dans les Hautes-Alpes, l'Est du massif du Queyras connaît une «situation un peu moins exceptionnelle mais toutefois préoccupante», revenant «en moyenne tous les 5 à 10 ans». Les routes et habitations peuvent être touchées. Deux routes départementales ont été fermées préventivement, isolant le village de Ristolas et un hameau au dessus d'Abriès. Les transports scolaires avaient déjà été annulés lundi matin.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion