Séisme en Italie – «Ciao petite, désolé d'être arrivé trop tard»

Publié

Séisme en Italie«Ciao petite, désolé d'être arrivé trop tard»

Giulia, 10 ans, est morte sous les décombres en protégeant sa petite sœur. Sur le cercueil de la fillette, un pompier lui a laissé un message bouleversant.

La petite Giulia a donné sa vie pour sauver sa petite sœur.

La petite Giulia a donné sa vie pour sauver sa petite sœur.

L'histoire de Giulia et de sa petite sœur Giorgia est devenue un symbole fort du séisme qui s'est abattu le 24 août dernier au centre de l'Italie. Quand le tremblement de terre a frappé Pescara del Tronto, Giulia, 10 ans, s'est couchée sur sa petite sœur pour la protéger. Seize heures après le séisme, Giorgia, 5 ans, a été sortie des décombres en vie. Par miracle, l'enfant n'était pas blessée. Giulia, elle, n'a pas survécu. Les habitants et la famille de la la petite héroïne lui ont fait leurs adieux ce week-end, rapporte La Repubblica.

Et sur le cercueil de la fillette, un pompier prénommé Andrea a tenu à lui laisser un dernier message poignant: «Salut petite, j'ai juste donné un coup de main pour te sortir de cette prison de décombres. Excuse-nous si nous sommes arrivés trop tard, malheureusement tu avais déjà cessé de respirer, mais je veux que tu saches de là-haut que nous avons fait tout notre possible pour de sortir de là».

Marqué par le décès de Giulia, Andrea va maintenant rentrer chez lui, à L'Aquila. Mais sa vie ne sera plus jamais la même: «Je saurai qu'un ange me regarde depuis le ciel et la nuit tu seras une étoile lumineuse. Ciao Giulia, même si tu ne m'as jamais connu, je t'aime».

Pendant la cérémonie consacrée aux victimes du tremblement de terre, monseigneur Giovanni D'Ercole a rendu hommage aux deux fillettes, qu'il considère comme des icônes de cette tragédie: «La plus grande était malheureusement morte, mais retrouvée dans une position protectrice au-dessus de Giorgia (...) La vie et la mort étaient enlacées, mais la vie a gagné: Giorgia».

Vendredi, la maman des petites filles est brièvement sortie de l'hôpital pour faire ses adieux à son aînée: «Ciao, maman t'aime tant», a-t-elle chuchoté en regardant la photo de Giulia déposée sur son cercueil. La petite survivante, elle, est au centre d'un immense élan de solidarité: elle croule sous les fleurs, les cadeaux, et les paroles de réconfort.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion