Pampelune: Cinq blessés au premier lâcher de taureaux

Publié

PampeluneCinq blessés au premier lâcher de taureaux

La San Fermin, une des plus célèbres fêtes d’Espagne, a marqué jeudi, à Pampelune, le retour des accidents parmi les amateurs de sensations fortes.

Cinq personnes ont été hospitalisées jeudi, après avoir été renversées par des bovins d’une demi-tonne, à la suite du premier lâcher de taureaux en trois ans de la San Fermin, à Pampelune. S’il n’y a pas eu de blessures ouvertes dues à des coups de corne, plusieurs personnes ont été piétinées ou renversées à 8h dans les rues pavées de la ville médiévale du nord de l’Espagne lors du premier «encierro» (lâcher de taureaux), le but étant de courir au plus près devant six taureaux de combat. Parmi les personnes emmenées à l’hôpital, une personne a été soignée pour une blessure à la jambe, une autre a pris un coup à la tête en tombant, tandis qu’un adolescent s’est fait mal au bras, selon un porte-parole de la Croix-Rouge.

Les six taureaux étaient guidés dans les ruelles par six bœufs domestiques dont le rôle est de garder le troupeau groupé malgré la nuée de «coureurs» vêtus de blanc avec un foulard et une ceinture rouges qui s’agitent autour d’eux. Les taureaux, de l’élevage Núñez del Cuvillo, ont parcouru les 850 mètres qui séparaient l’enclos où ils étaient retenus jusqu’aux arènes en deux minutes et 35 secondes. Ils seront ensuite mis à mort dans l’après-midi au cours de la première corrida du festival.

Dernier décès en 2009

«Les taureaux sont restés assez serrés, ils ont foncé tout droit, donc c’est allé assez vite», a commenté Gordon MacDonald, un employé dans le secteur des télécommunications de 46 ans venu de Glasgow, en Écosse, spécialement pour l’occasion et qui a pris part à la course. «Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas couru ici, donc tout le monde était un peu nerveux, on ne savait plus bien comment ça allait se passer», a-t-il ajouté.

Des visiteurs du monde entier se rendent dans cette ville de 200 000 habitants pour mettre leur courage à l’épreuve et faire la fête jour et nuit pendant ces célébrations, qui comprennent aussi des processions religieuses et des concerts. La fête, immortalisée en 1926 par Ernest Hemingway dans son roman «Le soleil se lève aussi» et mondialement connue depuis, s’était tenue pour la dernière fois en juillet 2019. Elle avait été annulée en 2020 et 2021 à cause de la pandémie de Covid-19, une première depuis la Guerre civile espagnole (1936-1939). Depuis 1910, 16 personnes ont été tuées lors des lâchers de taureaux, le dernier décès remontant à 2009.

TOPSHOT - Residents watch from balconies as participants run ahead of bulls during the "encierro" (bull-run) of the San Fermin festival in Pamplona, northern Spain on July 7, 2022. - On each day of the festival six bulls are released at 8:00 a.m. (0600 GMT) to run from their corral through the narrow, cobbled streets of the old town over an 850-meter (yard) course. Ahead of them are the runners, who try to stay close to the bulls without falling over or being gored. (Photo by ANDER GILLENEA / AFP)

AFP
(AFP)

Ton opinion

2 commentaires