Drame en France – Cinq des huit victimes étaient de la même famille
Publié

Drame en FranceCinq des huit victimes étaient de la même famille

Une marche blanche était organisée à Saint-Laurent-de-la-Salanque, dimanche, pour rendre hommage aux huit victimes de l'incendie du 14 février.

Plus d'un millier de personnes ont participé, dimanche, à une marche blanche à Saint-Laurent-de-la-Salanque pour rendre hommage aux victimes de l'incendie qui a dévasté le 14 février trois immeubles de ce bourg proche de Perpignan, a constaté un correspondant de l'AFP. Avant le départ de la marche, le maire Alain Got a souligné «l'énorme élan de solidarité dans la commune» de Saint-Laurent-de-la-Salanque, après l'incendie et l'explosion ayant causé la mort de huit personnes.

«Il y a beaucoup de tristesse», selon Isabelle Badie, la soixantaine, qui ne connaissait pas les victimes mais a souhaité participer à la marche «par solidarité». Sonia Sarrahi, 50 ans, dont la fille connaissait une des victimes, dit «comprendre la douleur des familles». Elle a tenu à venir de Perpignan, où elle habite actuellement, après avoir grandi à Saint-Laurent-de-la-Salanque. Quant à Claude Bouquet, âgée de plus de 70 ans, elle souligne également qu'«il y a beaucoup de solidarité dans le village».

Cinq victimes appartenaient à la même famille

Samedi, le parquet avait indiqué que les corps des huit personnes mortes avaient été identifiés et allaient être restitués à leurs familles. Concernant les causes du drame, «toutes les pistes restent à l'étude, criminelles ou accidentelles», avait également précisé le procureur de Perpignan, Jean-David Cavaillé. Au cours de la nuit de dimanche à lundi 14 février, huit personnes, dont un bébé et un enfant de deux ans, ont péri dans l'incendie de trois immeubles mitoyens de ce bourg de 10 000 habitants, situé à une vingtaine de kilomètres de Perpignan.

Sur les huit personnes décédées, cinq appartenaient à la même famille. Ce sont le bébé, l'enfant de deux ans, leurs parents et leur grand-père. Parmi les trois autres morts, il y a un couple.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion