Projections au Luxembourg: Combien vont vous rapporter les mesures du gouvernement?

Publié

Projections au LuxembourgCombien vont vous rapporter les mesures du gouvernement?

LUXEMBOURG - La fondation Idea a évalué les retombées de la flambée des prix de l'énergie et des mesures gouvernementales sur les budgets de cinq «ménages types».

par
Marion Chevrier
Ces projections partent du principe que les prix resteront stables jusqu'à la fin de l'année.

Ces projections partent du principe que les prix resteront stables jusqu'à la fin de l'année.

Le prix moyen de l'énergie a grimpé de près de 41% d'août 2021 à mars 2022. Et s'il a augmenté pour tout le monde, cela n'a évidemment pas pesé et ne pèsera pas de la même façon sur tous les ménages du Luxembourg durant les mois à venir, indique la fondation Idea qui a fait des projections pour mieux comprendre l'impact de cette envolée des prix sur le budget des ménages.

Un ménage (avec deux salaires égaux) gagnant 35 000 euros nets par an perdra ainsi 1 000 euros en 2022 à cause de sa facture énergétique, cela représente 2,9% de son revenu disponible contre 1,1% pour un ménage gagnant au moins 120 000 euros nets par an (1 300 euros «perdus»). Une perte que ne compense pas le seul index d'avril: seuls les ménages aux salaires les plus élevés s'y retrouvent (graphique 1).

Les mesures adoptées par la tripartite, le 31 mars, permettent-elles de rééquilibrer la situation et d'aider les ménages les plus fragiles à faire face? Là aussi, Idea a sorti sa calculette et dessiné des projections.

Prenons la mesure la plus forte: l'indexation retardée à avril 2023. Une perte nette pour tous les ménages, modestes et riches, de 383 à 1 313 euros. Mais les autres mesures ont «largement redistribué les cartes» selon Idea. Ainsi, les ménages gagnant moins de 85 000 euros par an se verront octroyer un crédit d'impôt énergétique (à partir d'août 2022) qui leur permettra d'engranger entre 760 et 840 euros. Les plus modestes ont droit, en plus, à une allocation de vie chère rehaussée (250 euros) et à une prime énergie de 250 euros également.

La controversée réduction de 7,5 centimes par litre de carburant semble plus symbolique qu'autre chose: selon Idea, «nettement moins ciblée», elle «bénéficie davantage aux ménages les plus aisés» (voir graphique 2).

En conclusion, la fondation estime que «la combinaison de mesures bien distinctes, ayant des retombées très disparates» a abouti à une «surcompensation» en 2022 pour les trois ménages types les moins favorisés», de 23 à 660 euros tandis que les ménages plus aisés (85 000 et 120 000 euros) vont essuyer des pertes allant de 174 à 892 euros. Ces mesures sont «résolument redistributives», conclut Muriel Bouchet, directeur d'Idea et auteur du décryptage, «puisque le le profil des pertes et des gains s'est complètement renversé au profit des plus fragiles».

Ces projections sont toutefois à prendre pour ce qu'elles sont, rappelle-t-il: une «photo» à un moment donné, la fondation précisant qu'elles ont été faites en partant du principe que les prix de l'énergie resteraient stables de mars à décembre 2022. «Toute autre évolution remettrait ce constat sur le métier».

Ton opinion

49 commentaires