Corruption – Comme les autres, le Luxembourg aimerait tricher

Publié

CorruptionComme les autres, le Luxembourg aimerait tricher

LUXEMBOURG - Selon une enquête de l’Eurobaromètre publié mercredi sur les citoyens de l’UE et leurs institutions, les Luxembourgeois pensent que leurs politiciens et leur administration sont corrompus.

Oui, les Luxembourgeois pensent qu'il y a de la corruption mais non, ce n'est pas un problème majeur. (DR)

Oui, les Luxembourgeois pensent qu'il y a de la corruption mais non, ce n'est pas un problème majeur. (DR)

Plus de 80% des citoyens européens considèrent que la corruption gangrène les institutions nationales (83%), régionales (81%) et locales (81%) dans leur pays, indique l'enquête. Au Luxembourg, on est plus réservé, sur les 500 personnes interrogées, 55% pensent qu’il y a de la corruption au niveau national, 55% au niveau régional, 57% au niveau local.

Y’a-t-il de la corruption?

Pour certains pays, la corruption est une réalité depuis des années. En Italie, 89% des personnes interrogées disent qu'elle mine les institutions nationales. Elles étaient 87% en 2007. Les plus sévères sont les citoyens des nouveaux membres, entrés dans l'UE en 2004: plus de 90% sont convaincus que leurs institutions nationales sont touchées par la corruption, et ce pourcentage monte même à 96% en Slovénie, en Lituanie et en République Tchèque. Mais la palme revient à la Grèce, où 98% de la population accuse les institutions nationales d'être gangrenées.

Au Luxembourg, à peine un citoyen sur deux (55%) pensent qu’il existe de la corruption dans son pays et 45% pensent que ce n’est pas un problème majeur. Le Luxembourgeois est plutôt résigné: 75% pensent qu’elle est inévitable notamment parce que les sanctions sont insuffisantes (54%).

Qui est corrompu?

Contrairement au reste de l’Europe, le personnel politique n’arrive pas en tête de liste des accusés au Grand-Duché. Ce sont les fonctionnaires chargés des permis de construire (52%) et la police (43%) qui mènent la danse. Le personnel de l’administration publique de santé et de l’éducation ont plutôt la confiance des citoyens luxembourgeois (18 et 17% pensent qu’il peut être corrompu).

Et pourquoi de la corruption?

Pour les Luxembourgeois, ce sont surtout les liens trop étroits entre milieux d’affaires et politiciens (36%) et le manque de transparence de l’utilisation de l’argent public (34%) qui favorise la corruption. Mais aussi parce qu’il est admis qu’elle existe, qu’elle fait partie du paysage (25%) et que les sanctions sont trop «light» (23%). Le manque de méritocratie dans l’administration publique favoriserait aussi les pots de vin pour monter dans la hiérarchie.

Qui doit régler le problème?

Les Luxembourgeois sont d’accord avec les Européens (59%) pour que le système judiciaire prenne sa part de responsabilité. Viennent ensuite les gouvernements nationaux (62% pour les Luxembourgeois, 57% pour l’ensemble des Européens), la police (39 et 42%) et l’Union européenne (32 et 24%).

MC/lessentiel.lu

Ton opinion