Emploi au Luxembourg : Comment combler le «déséquilibre» du marché du travail?
Publié

Emploi au Luxembourg Comment combler le «déséquilibre» du marché du travail?

LUXEMBOURG – Il existe aujourd'hui presque autant de postes disponibles que de chômeurs. Les autorités avancent deux pistes pour mettre fin à ce paradoxe.

par
Olivier Loyens
20220620, Luxembourg, Hamm, Rue de Bitbourg 19, siège ADEM, Conférence de presse annuelle de l’ADEM, en présence de= Isabelle Schlesser (directrice ADEM), Georges Engel (Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Économie sociale et solidaire), Foto: Editpress/Didier Sylvestre

«Si les choses étaient simples, le taux de chômage au Luxembourg serait de 0%», sourit Isabelle Schlesser, directrice de l'Adem.

Foto: Editpress/Didier Sylvestre

«Si les choses étaient simples, le taux de chômage au Luxembourg serait de 0%», sourit Isabelle Schlesser, directrice de l'Agence pour le développement de l'emploi (Adem), qui a présenté ce lundi son rapport d'activités 2021. Alors que le taux de chômage est redescendu fin mai à 4,6%, le marché du travail au Luxembourg est confronté à un déséquilibre, «qui tend à s'accentuer», souligne Isabelle Schlesser. Fin mai 2022, il y avait ainsi presque autant de postes vacants (13 256) que de demandeurs d'emploi (13 946) dans le pays.

«Afin de combler ce déséquilibre, il faut notamment permettre aux 6 500 chômeurs qui sont inscrits à l'Adem depuis plus de 12 mois de se former», explique la directrice de l'Agence. En 2021, près de 5 000 demandeurs d'emploi ont participé aux formations organisées par, ou avec l'Adem et 7 000 bons de réduction pour les cours pour adultes ont également été émis. «Il s'agit pour ces chômeurs longue durée, pour lesquels il n'existe pas de profil type, d'obtenir ce petit plus qui leur permet de rester employable», note Isabelle Schlesser. La directrice rappelle toutefois que, parmi le top 10 des métiers recherchés au Luxembourg, certains ne requièrent pas de qualification particulière (exemple: horeca et secteur de la construction). «Encore faut-il que cela colle au niveau des compétences et de la capacité physique», admet-elle.

Attirer des talents de l'étranger

En parallèle, Georges Engel, le ministre LSAP du Travail, estime qu'il est nécessaire de promouvoir le marché de l'emploi luxembourgeois et d'attirer des talents de l'étranger, parfois même au-delà de la Grande Région, pour certains profils (exemple: métiers de l'informatique). Dans ce cadre, la plateforme de recrutement Work-in-Luxembourg.lu vient d'être lancée. Des salons de recrutement en ligne pourront par exemple y être organisés.

«Il faut maintenir le marché du travail attractif, relève Georges Engel. Le niveau de salaire compte bien sûr, mais s'ils augmentent à l'étranger, il faut trouver autre chose». À ce titre, le ministre rappelle qu'il a lancé une étude sur la réduction du temps de travail au Grand-Duché. Sa date de publication n'est pas encore connue.

Le rapport annuel 2021 de l'Adem peut être téléchargé sur le site internet de l'ADEM.

Ton opinion

10 commentaires