Au Luxembourg: Moins de lettres, plus de colis, quel avenir pour le marché postal?
Publié

Au LuxembourgMoins de lettres, plus de colis, quel avenir pour le marché postal?

LUXEMBOURG – Moins de lettres, plus de colis et des acteurs de plus en plus nombreux. Le marché postal luxembourgeois se transforme.

par
Jérôme Wiss
Le nombre de colis a explosé, quand le nombre de lettres en circulation a fortement baissé.

Le nombre de colis a explosé, quand le nombre de lettres en circulation a fortement baissé.

En 2016, 190 millions de lettres ont circulé au Luxembourg. En 2020, leur nombre était tombé à 155 millions, calcule Mathias Behm, chef de service Secteur postal de l'Institut luxembourgeois de régulation (ILR). Dans le même temps, le nombre de colis est passé de 7,7 millions à 13,5 millions. Et la tendance ne semble pas devoir s'inverser dans un avenir proche, avec une digitalisation de plus en plus importante et des commandes faciles à effectuer en ligne. Le marché postal au Luxembourg, comme partout dans le monde, a connu de profondes mutations et va continuer à en connaitre. Les opérateurs doivent s'adapter pour répondre aux demandes du consommateur.

Et ce marché, l'ILR le surveille depuis sa libéralisation et veille notamment au respect de l'obligation de service universel. «Le maintenir est de plus en plus difficile pour la poste, parce qu'il y a de moins en moins de courrier, mais chaque facteur doit, chaque jour, passer par toutes les boites aux lettres du Luxembourg», pointe Luc Tapella, directeur de l'ILR.

33 acteurs dans les services postaux

Alors, le service postal universel va-t-il changer? Les lettres vont-elles disparaitre? La poste luxembourgeoise doit-elle continuer à faire chaque rue cinq fois par semaine? Certaines voix en Europe réclament plus de flexibilité. «Avec 155 millions de lettres par an, on n'est pas encore à zéro. Ce n'est pas demain qu'il n'y aura plus de boites jaunes dans les rues et plus de boites aux lettres près des maisons». Et la qualité est toujours au rendez-vous. En effet, 99,5% des courriers arrivent à destination, au Luxembourg, dans les deux jours, et 99,9% dans les trois jours, bien au-dessus des critères européens.

Le marché des colis en revanche est en plein boom, relancé encore par la pandémie. «Au début des années 2000, on avait un grand opérateur, la poste luxembourgeoise. Aujourd'hui, on a 33 opérateurs dans le secteur postal», compte Luc Tapella. «Il y en a des grands, des petits, certains sont spécialisés dans le courrier, d'autres dans les paquets. Il y a une certaine dynamique».

Pour Mathias Behm, le marché du colis «va changer et celui qui reçoit va devenir l'usager, plutôt que celui qui envoie. Aujourd'hui, la plupart des envois de paquets sont faits par les grands marketplace comme Alibaba ou Amazon. Les vrais clients des services postaux qui subissent la qualité, la vitesse, les camionnettes dans les rues sont les gens qui achètent en ligne». On pourrait ainsi imaginer que l'acheteur pourra choisir qui lui livrera son colis quand il commande…

Ton opinion

7 commentaires