Langage – Comprendre les bêtes, un don
Publié

LangageComprendre les bêtes, un don

LUXEMBOURG - Anna Evans dit communiquer avec les animaux. Tessy Scholtes, Mike Majerus et Léa Linster s'expriment sur ce vieux rêve humain.

Primatologue célèbre, Jane Goodall a une forte complicité avec les chimpanzés.

Primatologue célèbre, Jane Goodall a une forte complicité avec les chimpanzés.

La vétérinaire française Anna Evans enseigne la «communication intuitive» (lire encadré) un peu partout en Europe. La méthode est censée aider à comprendre si un animal souffre et ce qu'il vit de manière générale. Quand on évoque la capacité de communiquer avec les bêtes, on pense tout de suite à la comédie «Dr Doolittle», dans laquelle Eddie Murphy pouvait converser avec tous les êtres vivants.
Est-il réellement possible d'apprendre à échanger des informations avec les bêtes? Le Dr Olivier Rey a suivi les cours d'Anna Evans, et applique sa méthode dans son métier de vétérinaire.

«C'est un outil intéressant parce que ça demande de prendre conscience de notre rôle; ça permet de mieux comprendre celui de l'animal. Cela m'a aidé à avoir plus de compassion. Mais ce n'est pas l'outil qui est intéressant, c'est la manière de l'utiliser», explique ce vétérinaire. Pour Marc Vingerhoets, qui préside une association de vétérinaires, ce genre de cours «peut sensibiliser. Mais de là à utiliser le terme communiquer...» Il estime que «l'intuition se forge avec l'expérience».

«La communication intuitive avec l'animal est un don. Cela ne s'apprend pas dans un cours. Même si cette méthode peut améliorer l'écoute de l'animal, il faut savoir ensuite comment bien utiliser les informations, sans culpabiliser le propriétaire», explique la comportementaliste et homéopathe Colette Pillonel.

Une affaire d’intuition et d’interprétation

Anna Evans nous a donné des précisions sur sa méthode pour communiquer avec les animaux.

Comment décrire la «communication intuitive»?

– C’est, par certains aspects, proche de la télépathie. Il y a un échange d’informations à travers les champs magnétiques. Mais il y a une démarche éthique à avoir. La finalité, c’est le bien-être de l’animal.

Peut-on échanger des informations avec tout animal?

– Oui, c’est possible avec un escargot ou un poisson. Mais il est difficile de les utiliser dans la réalité. Par exemple, c’est dur de déchiffrer les informations que donne une abeille.

Comprenez-vous que votre méthode puisse laisser scep­tique?

– Tout à fait. Il m’a fallu une certaine maturation intérieure pour y croire.

L'essentiel Online avec 20minutes.ch

En savoir plus grâce à des cours et stages

Voulez-vous connaître la vie des animaux que vous côtoyez depuis leur point de vue? Mieux vous faire comprendre d'eux? Si vous avez peut-être déjà senti que «quelque chose» se passe entre vous et votre animal, un stage de communication intuitive (outil créé en 1988) peut permettre de développer cette capacité naturelle à vivre ces échanges en conscience et avec précision. Des stages et des formations sont régulièrement organisés.

Comment communiquent-ils avec leur animal?

«Je n'ai plus d'animal depuis que je vis seule. Je suis fan des chiens mais ils réclament beaucoup d'attention. Plus jeune, c'est moi qui m'occupais du chien. Nous avions développé une relation forte mais il savait qui était le maître». Tessy Scholtes, députée CSV

«Mon chien, Gracie, a six ans. C'est un braque de Weimar, une race qui a besoin de bouger. Alors je me promène avec lui aussi souvent que mon emploi du temps le permet. Mais étant donné son gabarit, c'est un chien qui doit obéir au doigt et à l'œil».

Mike Majerus, joueur de handball

«Quand j'étais petite fille, j'avais un teckel. Nous avions une relation très intense. Je le traitais comme un être humain. C'était mieux qu'une poupée car il était vivant. Aujourd'hui, j'aimerais reprendre un chien mais mon agenda est un peu trop rempli».

Léa Linster, restauratrice étoilée

Ton opinion