Covid-19 au Luxembourg – Compter les clients sera le défi du Black Friday!

Publié

Covid-19 au LuxembourgCompter les clients sera le défi du Black Friday!

LUXEMBOURG - J-1 avant le début du Black Friday. Les centres commerciaux se préparent déjà à l'afflux massif de clients, dans le contexte de la crise sanitaire.

Marquage au sol, masque obligatoire, gel à l'entrée et dans les boutiques devront être respectés.

Marquage au sol, masque obligatoire, gel à l'entrée et dans les boutiques devront être respectés.

Après les trois derniers week-ends noirs de monde, les centres commerciaux s’attendent à une même affluence pour ce Black Friday. «Surtout avec les commerces fermés dans les pays voisins» explique Dorine, vendeuse dans une boutique de cosmétique à la Belle Etoile. Dans son commerce, des promotions sont déjà en place depuis le début du mois «pour éviter qu’il y ait une masse de monde le même jour». À l’autre bout de la galerie, Franck, manager d’une boutique de vêtements de sports a prévu de limiter «le nombre de clients en fonction de la surface du magasin», soit 60 clients pour les 800 mètres carrés.

Le directeur de Cactus Belle Etoile, Manu Konsbruck, a même «supprimé toutes les animations de la galerie pour garantir un maximum de passage». Mais il a aussi prévu le coup en cas de trop forte affluence. «Si on se rend compte qu’il y a plus de 3 300 clients dans la galerie, on fermera les portes et on limitera l’accès au parking» affirme-t-il. Mais pour éviter cela, il a choisi de transformer le Black Friday en «Black Week-end».

Même chose du côté de la Cloche d’Or, avec une ouverture le dimanche et des plages horaires élargies. Et pour savoir si la règle d’un client pour 10 mètres carrés est respectée, le centre commercial s’est équipé «d’une technologie de comptage de présence, dès les entrées et sur toute la surface commerciale». Une technologie qui n’a pas pu être envisagée par les boutiques, où «une vendeuse sera à l’entrée du magasin pour compter et gérer l’afflux de clients» précise Alexa, employée dans une boutique de prêt-à-porter. Malgré tout, les commerçants s’attendent à un week-end mouvementé, qui pourrait se répéter jusqu’à Noël.

(Noémie Koppe/L'essentiel)

Ton opinion