En Inde – «Contre la pollution, mangez des carottes!»

Publié

En Inde«Contre la pollution, mangez des carottes!»

Alors que la pollution de l'air atteint des niveaux insupportables dans le nord de l'Inde et en particulier dans la capitale New Delhi, le ministre de la Santé conseille de manger des carottes.

Les vingt millions d'habitants de New Delhi continuaient de tousser et se frotter les yeux, lundi, dans un brouillard de pollution dantesque, une urgence de santé publique qui a entraîné la fermeture d'écoles et de chantiers.

Une brume nauséabonde et écœurante emprisonnait la capitale indienne, cachant les bâtiments, s'immisçant dans les foyers, les bureaux et même les galeries souterraines du métro, envahissant de façon insupportable les voies respiratoires et les poumons.

«Elles aident aussi contre d'autres difficultés»

Dans ce contexte, le message de Harsh Vardhan, le ministre indien de la Santé, apparaît quelque peu saugrenu puisque celui-ci vantait les propriétés nutritionnelles et antioxydantes des... carottes, comme le rapportent plusieurs médias.

«Manger des carottes aide votre corps à obtenir la vitamine A, le potassium et les antioxydants qui permettent de lutter contre l'héméralopie (NDLR: la difficulté à voir quand la luminosité baisse) si commune en Inde. Elles aident aussi contre d'autres difficultés liées à la pollution», a-t-il ainsi écrit.

Les commentaires à ce message n'ont pas tardé, parfois choqués, parfois teintés d'un rire... orange.

«C'est votre premier conseil face à la pollution? Vous feriez mieux de quitter votre poste et de le laisser à quelqu'un capable de réellement faire quelque chose...», lui a par exemple répondu un étudiant en sciences.

Un ministre de l'Uttar Pradesh, État qui jouxte New Delhi, a quant à lui invité les gouvernants à accomplir des yajña, ces rituels hindous censés permettre de connaître la vérité. «Nos gouvernements devraient accomplir des yajña pour contenter le seigneur Indra (NDLR: le Dieu des pluies) comme on le fait traditionnellement. Il s'occuperait de remettre les choses en ordre», a expliqué l'élu.

Pas certain que cela convainque les habitants de la capitale.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion