Médecin luxembourgeois – «Crier au dopage, c'est comme jouer à la loterie»
Publié

Médecin luxembourgeois«Crier au dopage, c'est comme jouer à la loterie»

LUXEMBOURG - Le professeur Axel Urhausen se refuse à tout pronostic hasardeux sur les performances de Chris Froome. Il apporte ses solutions pour un cyclisme plus crédible.

Le docteur Axel Urhausen reconnaît que l'équipe Sky dispose de moyens exceptionnels au niveau du suivi médical.

Le docteur Axel Urhausen reconnaît que l'équipe Sky dispose de moyens exceptionnels au niveau du suivi médical.

L'essentiel/Frédéric Lambert

Membre de l'Agence Anti-Dopage au Luxembourg et en Allemagne, le docteur Axel Urhausen est, depuis 2004, chef du service de médecine du sport et de prévention à la Clinique du Sport du CHL/Eich. Membre du staff médical allemand aux Jeux Olympiques en 1992, 1996, 2000 et 2004, il possède un avis éclairé sur le sport de haut niveau. Les dernières prestations de Chris Froome ne le laisse pas indifférent.

«Avant toute chose», précise Axel Urhausen, «je dois dire qu'il est impossible d'émettre un avis scientifique sur les performances d'un athlète que l'on ne suit pas personnellement depuis des années. Crier au dopage, c'est comme jouer à la loterie. C'est très hasardeux et on n'est jamais sûr de rien. Une chose est certaine, au sein de l'UCI, ces dernières années, les contrôles ont évolué dans le bon sens. Il y a moins d'excès qu'avant et ceux qui veulent continuer à tricher doivent être très méticuleux.»

Sky ne laisse rien au hasard

Décrié de toutes parts depuis son impressionnante victoire, lundi, sur les pentes de La Pierre-Saint-Martin, Chris Froome a ravivé le spectre du dopage sur le Tour de France. «C'est très surprenant et cela peut même sembler louche», reconnaît Axel Urhausen, «mais spéculer sur une performance serait faire preuve d'un manque d'objectivité. À un moment donné, dans des circonstances particulières, un athlète peut toujours être capable d'une prestation hors du commun.»

En alignant lundi, trois coureurs dans les six première places, l'équipe Sky a frappé un très grand coup. Avec un Chris Froome maillot jaune, un Richie Porte plus fort que Quintana et un Geraint Thomas à un niveau où on ne l'attendait pas, d'autres questions se posent sur la formation britannique. «De toutes les équipes du peloton, c'est probablement celle qui a la plus grand budget au niveau médical», souligne Axel Urhausen. «Rien n'est laissé au hasard et le suivi de chaque joueur est personnalisé. Sky fait, depuis des années, des recherches très approfondies sur la question. Et au très haut niveau, le moindre petit détail fait la différence.»

«La magie a disparu»

Amateur de cyclisme et toujours attentif aux conditions dans lequel ce sport est pratiqué, le docteur Urhausen reconnaît qu'il vit désormais le Tour de France avec moins d'émotions. «La magie a disparu», avoue-t-il. «Je continue à suivre les coureurs que je connais personnellement, mais j'ai de plus en plus l'impression d'assister à des combats inégaux. En fonction du budget de leur formation, les coureurs ne boxent plus dans les mêmes catégories.»

Plus populaire que jamais, le cyclisme se doit désormais de devenir crédible. Et Axel Urhausen d'apporter ses propres solutions. «Un pourcentage conséquent du sponsoring de chaque formation devrait être alloué à la recherche anti-dopage», avance-t-il. «Personnellement, j'estime qu'une société comme Alpecin n'a rien à faire dans le monde du vélo après avoir eu comme slogan "Doping für die Haare". C'est scandaleux.» Et de conclure très sévèrement. «Quand un sportif est convaincu de dopage à une seule reprise, il doit être exclu à vie de toutes compétitions.»

(Frédéric Lambert/L'essentiel)

Ton opinion