Domino économique: La crise de l’immobilier chinois, une menace pour le monde

Publié

Domino économiqueLa crise de l’immobilier chinois, une menace pour le monde

Promoteurs criblés de dettes et acheteurs qui refusent désormais de payer leurs mensualités: l’immobilier en Chine traverse une crise qui pourrait devenir globale.

Des immeubles en constructions à Guangzhou A. Evergrande, ex-numéro un chinois de l’immobilier étranglé par une dette abyssale de quelque 300 milliards de dollars, en est le promoteur.

Des immeubles en constructions à Guangzhou A. Evergrande, ex-numéro un chinois de l’immobilier étranglé par une dette abyssale de quelque 300 milliards de dollars, en est le promoteur.

AFP

L’immobilier en Chine traverse une crise, qui pourrait affecter l’ensemble de l’économie nationale, voire mondiale. État des lieux d’un secteur en souffrance depuis de nombreux mois.

Quelle est la taille de l’immobilier en Chine?

Colossale. Au sens large, l’immobilier représente environ un quart du PIB chinois. La réforme du logement (1998) en Chine, qui a créé un véritable marché immobilier, a entraîné un boom fulgurant du secteur, entretenu par les normes sociales, l’acquisition d’un bien étant souvent un prérequis au mariage.

Les banques ont financé cette frénésie avec des prêts aux promoteurs et aux acheteurs. Aujourd’hui encore, les crédits immobiliers représentent près de 20% des prêts en cours dans le système bancaire chinois, selon un récent rapport de la banque ANZ.

En Chine, la plupart des promoteurs vendent les logements selon un système de préventes, où les biens sont achetés avant que leur construction ne débute. Le pays compte ainsi 225 millions de mètres carrés de logements à terminer, selon l’agence d’information financière Bloomberg.

D’où vient la crise?

L’essor des promoteurs s’est accompagné d’une flambée des prix des logements. Cette situation inquiète de longue date le gouvernement car de nombreux Chinois n’ont plus les moyens d’accéder à la propriété. L’endettement massif des promoteurs, qui pose un risque pour l’économie et pour le système financier en Chine, est également une préoccupation majeure pour les autorités.

Pour réduire l’endettement du secteur, Pékin a ainsi durci en 2021 les conditions d’accès au crédit pour les promoteurs, ce qui a tari les sources de financement des groupes déjà endettés. Une vague de défauts de paiement a suivi, notamment celui d’Evergrande, l’ex-numéro un chinois de l’immobilier, étranglé par une dette abyssale de quelque 300 milliards de dollars.

Les incertitudes liées au Covid-19, qui pèsent sur le revenu des ménages, dissuadent par ailleurs les particuliers d’acheter un bien, aggravant davantage la crise.

Comment réagissent les acheteurs?

En septembre 2021, le déclin d’Evergrande a déclenché des manifestations d’acheteurs inquiets, devant le siège du groupe à Shenzhen (sud de la Chine). En juin cette année, une nouvelle forme de protestation a fait son apparition: la grève des remboursements de prêts immobiliers.

Des clients d'Evergrande protestent à Shenzen, le 15 septembre 2021.

Des clients d'Evergrande protestent à Shenzen, le 15 septembre 2021.

afp

Devant le retard pris par les travaux, des propriétaires de logements achetés avant construction ont annoncé cesser tout paiement jusqu’à la reprise des chantiers. En un mois, cette grève des paiements s’est étendue à plus de 300 projets immobiliers dans 50 villes de Chine.

Le monde doit-il s’inquiéter?

La Chine est la deuxième économie mondiale. Compte tenu de l’interconnexion du pays avec le reste du monde, toute contagion de la crise immobilière au système financier chinois aura des répercussions à l’international, estiment les analystes.

«Si les défauts de paiement se multiplient, il pourrait y avoir de grandes et graves conséquences économiques et sociales», prévient l’agence de notation Fitch Ratings. En mai déjà, la Banque centrale américaine (Fed) estimait qu’une aggravation de la crise immobilière en Chine pourrait avoir des conséquences sur le système financier du pays. Dans un tel scénario, la crise se répercuterait sur le commerce mondial, soulignait la Fed.

Quelles solutions?

Selon des analystes, un plan de sauvetage pour le secteur est peu probable. Une telle opération de renflouement aurait pour effet pervers de «faire peser l’ensemble des risques sur le secteur bancaire ou le gouvernement», souligne Ken Cheung, analyste pour la banque japonaise Mizuho. Au risque de provoquer l’effet inverse que celui recherché.

Les propriétaires et les promoteurs immobiliers, voyant l’État intervenir, seraient tentés de se soustraire à leurs responsabilités et de stopper leurs paiements, souligne M. Cheung.

Collectivités locales, promoteurs et propriétaires pourraient en revanche négocier, au cas par cas, des exonérations d’intérêts ou des reports de mensualités, préconise l’analyste Chen Shujin, de la banque d’investissement américaine Jefferies.

(AFP)

Ton opinion

21 commentaires