Typhon Rai – «Crise sanitaire croissante» aux Philippines

Publié

Typhon Rai«Crise sanitaire croissante» aux Philippines

Neuf personnes sont mortes déshydratées et des centaines d'autres sont tombées malades aux Philippines, après le passage du typhon Rai en décembre, ont indiqué les autorités.

Les 16 et 17 décembre, le typhon Rai, accompagné de vents qui ont atteint 195 km/h, a fait plus de 400 morts.

Les 16 et 17 décembre, le typhon Rai, accompagné de vents qui ont atteint 195 km/h, a fait plus de 400 morts.

AFP/Roel Catoto

Neuf personnes sont mortes déshydratées et des centaines d'autres sont tombées malades aux Philippines après le passage du typhon Rai en décembre, ont indiqué les autorités, les organisations humanitaires mettant en garde contre «une crise sanitaire croissante».

Les 16 et 17 décembre, le typhon Rai, accompagné de vents qui ont atteint 195 km/h, a fait plus de 400 morts, et semé la désolation dans le centre et le sud de l'archipel, arrachant toits, poteaux électriques et arbres sur son chemin. Des centaines de milliers de personnes se sont retrouvées du jour au lendemain sans abri.

«L'approvisionnement en eau reste irrégulier»

Neuf personnes sont mortes de déshydratation causée par la diarrhée dans les îles de Dinagat et Siargao, a déclaré le bureau régional du ministère philippin de la Santé. Le gouvernement et les organisations humanitaires s'empressent de construire des installations d'urgence pour le traitement de l'eau, a fait savoir à l'AFP le porte-parole du bureau régional, Ernesto Pareja.

«Il est difficile de dire que la situation est sous contrôle. L'approvisionnement en eau reste irrégulier», a-t-il assuré, regrettant que les «besoins alimentaires n'ont pas été pris en compte». La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a mis en garde contre une «crise sanitaire croissante» dans les zones touchées par le typhon.

402 morts

«Il est extrêmement préoccupant de constater que des personnes tombent très malades, voire meurent, dans les régions frappées par ce typhon», a déploré le chef de la délégation philippine de la FICR Alberto Bocanegra, dans un communiqué publié jeudi.

Le typhon a laissé «des millions de personnes sans accès à l'eau potable, aux hôpitaux et aux centres de santé», a-t-il précisé. Selon le dernier bilan du bureau de la Défense civile, 402 personnes sont mortes à cause du typhon, plus de 1 200 ont été blessées, 78 sont toujours portées disparues et au moins 370 000 se trouvent toujours dans des centres d'évacuation.

«Si nous n'agissons pas maintenant et ne fournissons pas l'aide alimentaire dont les familles touchées ont cruellement besoin, nous risquons d'assister à une augmentation rapide d'une malnutrition évitable», a averti la porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM), Brenda Barton.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion