Général iranien tué en Irak – D'après Pompeo, Soleimani préparait un sale coup

Publié

Général iranien tué en IrakD'après Pompeo, Soleimani préparait un sale coup

Un raid aérien américain sur Bagdad a causé la mort du général iranien Soleimani et d'un autre leader pro-Téhéran en Irak. Les réactions ne se sont pas fait attendre.

Ce live est à présent terminé. Merci de l'avoir suivi en notre compagnie.

16h
«Le monde ne peut se permettre une nouvelle guerre dans le Golfe»

«Le monde ne peut se permettre une nouvelle guerre dans le Golfe», a affirmé vendredi dans un communiqué le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, après l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani, tué dans un raid américain à Bagdad. Dans ce texte très court, Antonio Guterres appelle aussi «les dirigeants à faire preuve du maximum de retenue» dans ce moment de tensions, alors que l'Iran a appelé à la vengeance.

15h11
Soleimani aurait dû être tué «il y a des années»

Le président américain Donald Trump a estimé vendredi que le général iranien Qassem Soleimani, tué dans un raid américain à Bagdad, aurait du être tué «il y a des années». «Le général Qassem Soleimani a tué ou grièvement blessé des milliers d'Américains sur une longue période et prévoyait d'en tuer beaucoup d'autres (...) Il était directement ou indirectement responsable de la mort de millions de personnes», a tweeté M. Trump.

14h35
Soleimani préparait une «action d'envergure»

Soleimani préparait une «action d'envergure» menaçant des «centaines de vies américaines», affirme Mike Pompeo, Secrétaire d'État américain. «Il s'affairait activement à mener des actions dans la région - une action d'envergure, comme il disait - qui auraient mis en danger des dizaines, voire des centaines, de vies américaines», a déclaré le secrétaire d'État sur CNN. «Nous savons que c'était imminent. Nous avons pris notre décision sur la base des évaluations de nos services de renseignement», a-t-il ajouté sans toutefois fournir de preuves dans l'immédiat.

13h38
Les Américains priés de fuir

Le département d'État a indiqué que Washington appelle ses ressortissants à quitter «immédiatement» l'Irak, après le raid meurtrier sur le général iranien Soleimani. «En raison des tensions accrues en Irak et dans la région, nous pressons les citoyens américains de quitter l'Irak immédiatement», a exhorté le département d'État dans un tweet, en précisant «que toutes les opérations consulaires sont suspendues» à l'ambassade des États-Unis à Bagdad.

D'ailleurs, des employés américains du secteur pétrolier ont déjà commencer à quitter le pays.«"Plusieurs employés américains sont déjà partis et d'autres continuent de quitter l'Irak», 2e producteur de l'OPEP, a déclaré Assem Jihad, porte-parole du ministère du Pétrole. Selon lui, «la production n'est pas touchée et la situation est normale dans tous les champs de pétrole».

13h15
Les Américains veulent la «désescalade»

Le chef de diplomatie américaine Mike Pompeo a affirmé vendredi que les États-Unis souhaitaient la «désescalade». Le secrétaire d'État a indiqué sur Twitter s'être entretenu avec Yang Jiechi, plus haut responsable du Parti communiste chinois pour la politique étrangère, de «la décision de Donald Trump d'éliminer M. Soleimani en réponse à des menaces imminentes pour des vies américaines». «Je lui ai rappelé notre engagement à la désescalade», a-t-il ajouté.

13h
«Le droit de se défendre»

Les États-Unis avaient le «droit» de «se défendre» en menant un raid contre le général iranien Qassem Soleimani, a commenté vendredi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, félicitant le président américain Donald Trump.

«Au même titre qu'Israël a le droit de se défendre, les États-Unis ont exactement le même droit. Qassem Soleimani est responsable de la mort de citoyens américains et d'autres innocents et planifiait de nouvelles attaques», a affirmé M. Netanyahu dans une déclaration transmise par ses services. Le président Trump a «agi avec rapidité, force et sans hésitation», a-t-il ajouté.

12h43
«Un tir de précision d'un drone»

Un responsable militaire américain a affirmé que la frappe qui a pulvérisé tôt vendredi à Bagdad les deux véhicules où se trouvaient le puissant général iranien Qassem Soleimani et le principal homme de l'Iran en Irak était «un tir de précision d'un drone».

En outre, a ajouté ce responsable sous le couvert de l'anonymat, «certains des 750 soldats supplémentaires déployés sont arrivés à Bagdad pour renforcer la sécurité de l'ambassade» américaine.

12h35
Des milliers de manifestants à Téhéran

Des dizaines de milliers de personnes manifestent à Téhéran pour dénoncer les «crimes» américains, a constaté un journaliste de l'AFP, après la mort du très populaire général Soleimani, tué dans un raid US.

Après la prière du vendredi, une foule a rempli des rues du centre de la capitale iranienne, scandant «Mort à l'Amérique» et brandissant des portraits de Qassem Soleimani, dirigeant des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique iranienne, tué tôt vendredi.

12h21
L'Otan «surveille la situation de très près»

«L'Otan surveille la situation dans la région de très près. Nous restons en contact rapproché et régulier avec les autorités américaines», a réagi un porte-parole après la mort du général.

L'Alliance nord-atlantique maintient une présence limitée sur le territoire irakien. À la demande du gouvernement irakien, elle mène une mission de formation des forces du pays pour empêcher le retour de l'État islamique. «La sécurité de notre personnel en Irak est primordiale. Nous continuons de prendre toutes les précautions nécessaires», a ajouté le porte-parole.

12h
La grande inquiétude de Berlin

L'Allemagne a exprimé vendredi sa «grande inquiétude» après la mort du général iranien Qassem Soleimani, et appelé à la «désescalade».

«Nous sommes à un niveau dangereux d'escalade, et il est désormais important de contribuer à une désescalade avec prudence et retenue», a déclaré lors d'une conférence de presse une porte-parole de la chancellerie, Ulrike Demmer, appelant à la recherche de solutions «par la voie diplomatique».

11h48
Téhéran a déjà remplacé Soleimani

Le guide suprême iranien a nommé Esmaïl Qaani comme nouveau chef de la force al-Qods après la mort de son commandant vendredi. «Après le martyr du glorieux général Qassem Soleimani, je nomme le brigadier général Esmaïl Qaani commandant de la force al-Qods» des Gardiens de la Révolution islamique, a déclaré l'ayatollah Ali Khamenei dans un communiqué publié sur son site officiel.

11h45
Le pétrole bondit

Les cours du pétrole bondissaient vendredi, après l'annonce de la mort à Bagdad du général iranien Qassem Soleimani dans un raid américain, qui fait craindre aux marchés une escalade dans la région.

Vers 9h30 GMT (10h30 au Luxembourg), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 68,63 dollars à Londres, en hausse de 3,59% par rapport à la clôture de jeudi. À New York, le baril américain de WTI pour février gagnait 3,53% à 63,34 dollars.

11h37
Le président irakien demande de la «retenue»

Le président irakien Barham Saleh a appelé «tout le monde à la retenue» alors que de nombreux commandants pro-Iran ont déjà appelé à se «tenir prêts» à riposter après l'assassinat à Bagdad par les États-Unis du général iranien Qassem Soleimani.

M. Saleh, qui a récemment menacé de démissionner plutôt que de nommer un candidat ouvertement pro-Iran à la tête du futur gouvernement, a condamné l'«agression» contre le puissant émissaire de Téhéran pour les affaires irakiennes et Abou Mehdi al-Mouhandis, son principal lieutenant tué avec lui. Mais il faut désormais que «la voix de la raison et de la sagesse l'emporte dans l'intérêt national suprême», a-t-il plaidé.

11h19
Londres appelle à la désescalade

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a appelé vendredi «toutes les parties à la désescalade» après la mort du général iranien Qassem Soleimani, tué par un raid américain à Bagdad.

«Nous avons toujours reconnu la menace agressive posée par la force iranienne Qods dirigée par Qassem Soleimani. Après sa mort, nous exhortons toutes les parties à la désescalade. Un autre conflit n'est aucunement dans notre intérêt», a déclaré le chef de la diplomatie britannique dans un communiqué.

11h08
«Attaque injustifiée»

Le grand ayatollah Ali Sistani, figure tutélaire de la politique irakienne, a qualifié dans son sermon du vendredi d'«attaque injustifiée» l'assassinat dans un raid américain à Bagdad du général irakien Qassem Soleimani et du principal homme fort de l'Iran en Irak.

Après que son représentant dans la ville sainte chiite de Kerbala a lu le sermon dénonçant également «une violation flagrante de la souveraineté irakienne», des centaines de fidèles ont scandé «Non à l'Amérique».

11h
Les rebelles yéménites aussi appellent à des représailles

Les rebelles yéménites Houthis, soutenus par Téhéran, ont appelé vendredi à des «représailles rapides et directes». «Nous condamnons cet assassinat et des représailles rapides et directes sont la solution», a déclaré Mohammed Ali al-Houthi, un haut responsable de la direction politique des rebelles, sur son compte Twitter. Soutenus par l'Iran, les rebelles Houthis se sont emparés depuis 2014 de la capitale Sanaa et de pans entiers du Yémen, pays dévasté par une guerre qui a provoqué la plus grave crise humanitaire au monde selon l'ONU.

10h50
Qui était le général Soleimani?

Craint par les États-Unis, le général Soleimani, tué ce vendredi sur ordre de Donald Trump, était une véritable star en Iran, même sur Instagram. Le personnage est expliqué dans cet article.

10h18
Damas dénonce une «lâche agression américaine»

Le pouvoir syrien a dénoncé vendredi la «lâche agression américaine» qui a tué en Irak le général iranien Soleimani, y voyant une «grave escalade» pour le Moyen-Orient, a rapporté l'agence officielle Sana.

«Cette agression démontre une nouvelle fois la responsabilité des États-Unis dans l'instabilité que connaît l'Irak, dans le cadre de sa politique visant à susciter des tensions et à alimenter les conflits dans les pays de la région», selon le texte.

10h16
Netanyahu interrompt son voyage en Grèce

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a interrompu vendredi son voyage officiel en Grèce afin de rentrer en Israël. M. Netanyahu, arrivé à Athènes jeudi, devait rester dans ce pays jusqu'à samedi, mais a écourté son voyage après l'annonce du décès de Qassem Soleimani, chef des forces iraniennes al-Qods souvent accusées par Israël de préparer des attaques contre l'État hébreu.

10h01
Israël ferme une station de ski près de la Syrie

L'armée israélienne a fermé vendredi une station de ski sur une partie du plateau du Golan annexée, frontalière de la Syrie et du Liban, après la mort de Soleimani. «À la suite d'une évaluation de sécurité, il a été décidé de fermer le Mont Hermon aux visiteurs aujourd'hui», a déclaré une porte-parole de l'armée à l'AFP, sans épiloguer.

Israël a accusé ces derniers mois la force al-Qods, dirigée par le général iranien tué vendredi à Bagdad, de préparer des frappes de drones depuis la Syrie et de convertir, depuis le Liban et avec le Hezbollah libanais, des roquettes en missiles de précision pouvant causer d'importants dommages sur le sol israélien.

9h45
Le Hezbollah appelle à la vengeance «dans le monde entier»

Le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah, grand allié de l'Iran, a promis vendredi «le juste châtiment» aux «assassins criminels» responsables de la mort du général iranien Qassem Soleimani. «Apporter le juste châtiment aux assassins criminels sera la responsabilité et la tâche de tous les résistants et combattants à travers le monde», a promis dans un communiqué le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui utilise généralement le terme de «Résistance» pour désigner son organisation et ses alliés.

9h33
«Un monde plus dangereux», estime Paris

La France a plaidé vendredi pour la «stabilité» au Moyen-Orient, par la voix d'Amélie de Montchalin, secrétaire d'État aux Affaires européennes. «On se réveille dans un monde plus dangereux. L'escalade militaire est toujours dangereuse», a-t-elle déclaré au micro de RTL. «Quand de telles opérations ont lieu, on voit bien que l'escalade est en marche alors que nous souhaitons avant tout la stabilité et la désescalade», a-t-elle ajouté, en indiquant que le président Emmanuel Macron et le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s'entretiendraient dans la journée avec «les acteurs de la région» sans donner de précision.

9h25
La mise en garde de Moscou

La Russie a mis en garde vendredi contre les conséquences de l'assassinat ciblé à Bagdad du général iranien Qassem Soleimani, une frappe américaine «hasardeuse».

«L'assassinat de Soleimani est un palier hasardeux qui va mener à l'accroissement des tensions dans la région», a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères, cité par les agences RIA Novosti et TASS. «Soleimani servait fidèlement les intérêts de l'Iran. Nous présentons nos sincères condoléances au peuple iranien», a-t-il ajouté.

9h05
Vers «une guerre dévastatrice»

Le Premier ministre démissionnaire irakien Adel Abdel Mahdi a estimé vendredi que le raid américain qui a tué le général iranien Qassem Soleimani et son lieutenant en Irak Abou Mehdi al-Mouhandis allait «déclencher une guerre dévastatrice en Irak». «L'assassinat d'un commandant militaire irakien occupant un poste officiel est une agression contre l'Irak, son État, son gouvernement et son peuple». «Régler ses comptes contre des personnalités dirigeantes irakiennes ou d'un pays ami sur le sol irakien constitue une violation flagrante des conditions autorisant la présence des troupes américaines», ajoute le texte.

8h51
Les Américains appelés à quitter l'Irak

L'ambassade américaine à Bagdad, attaquée mardi par des pro-Iran, a appelé vendredi ses ressortissants à quitter l'Irak «immédiatement», quelques heures après l'assassinat du puissant général iranien Qassem Soleimani dans un raid américain.

La chancellerie appelle les Américains en Irak à partir «par avion tant que cela est possible», alors que le raid a eu lieu dans l'enceinte même de l'aéroport de Bagdad, «sinon vers d'autres pays par voie terrestre». Les principaux postes-frontières de l'Irak mènent vers l'Iran et la Syrie en guerre, alors que d'autres points de passage existent vers l'Arabie saoudite et la Turquie.

8h47
L'Irak parle d'une «agression» américaine

Le Premier ministre irakien Adel Abdel-Mehdi a vivement réagi au raid américain mené sur son sol contre le général iranien. Le chef du gouvernement dénonce une «agression» et une «violation» des conditions autorisant la présence des troupes américaines sur le sol irakien.

8h34 La Chine appelle au calme

La Chine a fait part vendredi de sa «préoccupation» et a appelé au «calme» après un raid en Irak revendiqué par Washington qui a coûté la vie notamment au puissant général iranien Qassem Soleimani. «Nous demandons instamment à toutes les parties concernées, en particulier aux États-Unis, de garder leur calme et de faire preuve de retenue afin d'éviter une nouvelle escalade des tensions», a indiqué devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang.

8h19 La milice anti-Américains réactivée en Irak

Le turbulent leader chiite Moqtada Sadr a donné vendredi l'ordre à ses combattants de l'Armée du Mehdi de se «tenir prêts», réactivant ainsi une milice officiellement dissoute depuis environ une décennie et qui avait semé la terreur dans les rangs des soldats américains en Irak.

8h12 «Que tous les combattants se tiennent prêts»

Qaïs al-Khazali, un commandant de la coalition pro-iranienne en Irak, a appelé vendredi «tous les combattants» à se «tenir prêts».

«Que tous les combattants résistants se tiennent prêts car ce qui nous attend, c'est une conquête proche et une grande victoire», a écrit M. Khazali, chef d'Assaïb Ahl al-Haq, une des plus importantes factions du Hachd al-Chaabi qui regroupe les paramilitaires pro-Iran sous la tutelle de l'État irakien, dans une lettre manuscrite dont l'AFP a pu consulter une copie.

7h53
Twitter évoque la troisième guerre mondiale

Parmi les hashtags les plus tweetés dans le monde ce vendredi matin figurent notamment «WWIII», avec 362 000 tweets et «World War 3», avec 1,22 millions de tweets, pour troisième guerre mondiale, après la mort du général iranien, dont le pays est soutenu par la Russie. On n'en est pas encore là, toutefois.

7h50
«Un bâton de dynamite dans la poudrière»

L'ancien vice-Président américain Joe Biden, candidat à la Maison Blanche, a réagi sur Twitter. Selon lui, si «aucun américain ne pleure la mort de Soleimani, qui méritait d'être jugé pour ses crimes contre les troupes américaines et des milliers d'innocents dans la région en soutenant le terrorisme et le chaos (...), cette action» ne va pas stopper les attaques de l'Iran. Au contraire, «le président Trump vient de jeter un bâton de dynamite dans une poudrière et il doit une explication au peuple américain sur sa stratégie pour assurer la sécurité de nos troupes et du personnel de notre ambassade».

7h40
L'Iran et les «nations libres de la région» vengeront la mort de Soleimani

L'Iran et les «nations libres de la région» se vengeront des États-Unis, a promis le président iranien Hassan Rohani. «Il n'y a aucun doute sur le fait que la grande nation d'Iran et les autres nations libres de la région prendront leur revanche sur l'Amérique criminelle pour cet horrible meurtre», a déclaré M. Rohani dans un communiqué publié sur le site du gouvernement.

7h35
Des manifestants anti-pouvoir exultent à Bagdad

Des dizaines d'Irakiens qui conspuent depuis plus de trois mois le pouvoir à Bagdad et son parrain iranien chantent et dansent vendredi matin sur la place Tahrir de la capitale irakienne, a constaté un photographe de l'AFP.

«Qassem Soleimani, la victoire divine est arrivée», scandaient ces manifestants. «C'est Dieu qui a vengé le sang des martyrs», a affirmé à l'AFP un protestataire, alors que la révolte a été marquée par près de 460 morts et 25 000 blessés.

7h31
«Terrorisme d'État américain»

L'Iran a convoqué vendredi un responsable de l'ambassade de Suisse, qui représente les intérêts américains à Téhéran en l'absence de relations diplomatiques entre les deux pays. Il a été dit à ce diplomate que «l'assassinat du général Soleimani» était un «exemple flagrant du terrorisme d'État américain, et que le régime américain était pleinement responsable de ses conséquences», a affirmé sur Twitter le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi. Le ministre Mohammad Javad Zarif avait lui évoqué plus tôt sur Twitter une «escalade extrêmement dangereuse et imprudente».

7h30
Les restes du convoi où se trouvait le général

Les Gardiens de la révolution iraniens ont confirmé «que le glorieux commandeur de l'Islam, Haj Qassem Soleimani, au terme d'une vie de servitude, est mort en martyr dans une attaque de l'Amérique contre l'aéroport de Bagdad ce matin» dans une déclaration lue à la télévision d'État iranienne.

Le raid américain a visé un convoi de véhicules dans l'enceinte de l'aéroport de Bagdad et a tué en tout au moins neuf personnes.

7h20
Le guide suprême iranien crie «vengeance»

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, s'est engagé vendredi à «venger» la mort du général Qassem Soleimani et décrété un deuil national de trois jours dans son pays.

«Le martyre est la récompense de son inlassable travail durant toutes ces années. Si Dieu le veut, son œuvre et son chemin ne s'arrêteront pas là, et une vengeance implacable attend les criminels qui ont empli leurs mains de son sang et de celui des autres martyrs», a dit l'ayatollah Khamenei sur son compte Twitter en farsi.

7h15
Pompeo publie une vidéo d'Irakiens «dansant dans la rue»

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a publié vendredi sur Twitter une vidéo montrant ce qu'il présente comme des Irakiens «dansant dans la rue» pour célébrer la mort du général iranien Qassem Soleimani.

«Des Irakiens - des Irakiens - dansant dans la rue pour la liberté; reconnaissants que le général Soleimani ne soit plus», a tweeté Mike Pompeo pour accompagner une vidéo montrant une foule courant le long d'une route en brandissant des drapeaux et des banderoles, sans qu'il soit possible ni de la dater ni d'en confirmer le lieu.

7h10
Le Congrès américain n'a pas été notifié avant le raid

Le chef démocrate de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants a déploré jeudi soir que Donald Trump n'ait pas notifié le Congrès américain du raid mené en Irak contre le général iranien Qassem Soleimani.

«Cette frappe a eu lieu sans notification ni consultation avec le Congrès», a écrit dans un communiqué Eliot Engel. «Mener une action de cette gravité sans impliquer le Congrès soulève de graves problèmes légaux et constitue un affront aux pouvoirs du Congrès», a poursuivi l'élu de New York.

7h07
Les réactions iraniennes

La mort du puissant général iranien Qassem Soleimani dans un raid américain à Bagdad, sur ordre du président Donald Trump, est une «escalade extrêmement dangereuse et imprudente», a prévenu vendredi sur Twitter le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

«Soleimani a rejoint nos frères martyrs mais notre revanche sur l'Amérique sera terrible», a pour sa part réagi, également sur Twitter, Mohsen Rezai, un ancien chef des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de la République islamique.

«Une réunion extraordinaire du conseil suprême de sécurité nationale aura lieu d'ici quelques heures pour examiner l'attaque meurtrière sur le véhicule du général Soleimani à Bagdad, qui a conduit à son martyr», a en outre annoncé le porte-parole de cette plus haute instance sécuritaire en Iran, Keyvan Koshravi, cité par l'agence Isna.

7h05
«Si vous en voulez plus, vous en aurez plus»

«J'apprécie l'action courageuse du président Donald Trump contre l'agression iranienne», a salué sur Twitter l'influent sénateur républicain Lindsey Graham, proche allié du président.

«Au gouvernement iranien: si vous en voulez plus, vous en aurez plus», a-t-il menacé, avant d'ajouter: «Si l'agression iranienne se poursuit et que je travaillais dans une raffinerie iranienne de pétrole, je songerais à une reconversion».

7h02
Le pétrole bondit de plus de 4%

Les cours du pétrole ont bondi de plus de 4%, vendredi en Asie, après l'annonce de la mort à Bagdad du général iranien Qassem Soleimani dans un raid attribué par les pro-Iran aux États-Unis.

Le baril de «light sweet crude» (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en février, a pris 4,3% à 63,84 dollars, dans les échanges électroniques. Le Brent, référence européenne, pour mars, a gagné 4,4% à 69,16 dollars.

7h
Trump tweete un drapeau américain

Le président des États-Unis a tweeté l'image d'un drapeau américain, sans le moindre commentaire, peu après l'annonce de la mort du général iranien Qassem Soleimani à Bagdad.

La Maison-Blanche n'avait pas réagi jeudi soir (dans la nuit de jeudi à vendredi, heure de Luxembourg) à la mort de Qassem Soleimani, dans un raid attribué par les pro-Iran aux États-Unis. Les Gardiens de la révolution ont de leur côté confirmé sa mort à Bagdad.

6h58
Donald Trump fait tuer un général iranien

Le puissant général iranien Qassem Soleimani, en charge des affaires irakiennes au sein de l'armée idéologique d'Iran, a été tué dans le bombardement de l'aéroport de Bagdad. Tout comme le numéro deux du Hachd al-Chaab.

(L'essentiel)

Ton opinion