Proposition russe – Damas prêt à un contrôle de son arsenal chimique
Publié

Proposition russeDamas prêt à un contrôle de son arsenal chimique

Le chef de la diplomatie syrienne, a bien accueilli la proposition russe de placer l’arsenal chimique sous contrôle international. Les USA se sont dits prêts à en parler.

«Le ministre Lavrov a mis en avant une initiative liée aux armes chimiques. Je déclare: la Syrie salue l'initiative russe, se fondant sur les inquiétudes des dirigeants russes concernant la vie de nos citoyens et la sécurité de notre pays», a déclaré M. Mouallem, cité par les agences russes. Il a aussi salué «la sagesse des dirigeants russes qui essaient d'empêcher une agression américaine contre notre peuple».

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov avait appelé peu avant la Syrie à placer sous contrôle international son arsenal chimique, alors que le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait affirmé à Londres que cela pourrait empêcher des frappes sur le régime syrien. Les États-Unis sont également prêts à discuter avec la Russie pour déterminer si leur proposition est digne de foi, a déclaré un conseiller du président américain Barack Obama.

Ben Rhodes, a toutefois prévenu sur la chaîne MSNBC que Washington ne relâcherait pas pour autant la pression sur Damas et se méfiait d'une tactique destinée à retarder l'échéance de frappes contre le régime Assad. «Je pense qu'il va nous falloir rester en contact avec eux (les Russes) et d'autres pays pour évaluer le sérieux de cette proposition», a ajouté M. Rhodes, conseiller adjoint de sécurité nationale du président Barack Obama.

(L'essentiel Online/AFP)

Quatorze pays se joignent à l'appel du G20

La Maison Blanche a affirmé lundi que 14 pays supplémentaires s'étaient joints à la déclaration publiée vendredi en marge du G20 par 11 capitales et appelant à une «réponse internationale forte» en Syrie. Les nouveaux signataires sont l'Albanie, l'Allemagne, la Croatie, le Danemark, les Emirats arabes unis, l'Estonie, le Honduras, la Hongrie, le Kosovo, la Lettonie, la Lituanie, le Maroc, le Qatar et la Roumanie, selon l'exécutif américain.

Ton opinion