Eolien au Luxembourg – De l'électricité verte pour 35 000 habitants

Publié

Éolien au LuxembourgDe l'électricité verte pour 35 000 habitants

WINCRANGE - Depuis le nord du Grand-Duché, un nouveau puissant parc éolien permet d’alimenter en électricité l’équivalent d’une ville comme Esch-sur-Alzette.

Le ministre de l’Énergie, Claude Turmes, entouré de Marcel Thommes, bourgmestre de Wincrange, et de Claude Boever, managing director de la société PW34, initiatrice du projet.

Le ministre de l’Énergie, Claude Turmes, entouré de Marcel Thommes, bourgmestre de Wincrange, et de Claude Boever, managing director de la société PW34, initiatrice du projet.

L'essentiel

En inaugurant sept nouvelles éoliennes sur son territoire, qui en comptait déjà quatre, la petite commune de Wincrange (moins de 4 500 habitants), située tout au nord du Grand-Duché et très proche de la commune belge de Bastogne, s’est dotée récemment du «plus puissant parc éolien du Luxembourg», capable d’alimenter entre 30 000 et 35 000 personnes, soit l’équivalent d’une ville comme Esch-sur-Alzette.

«Chacune de ces nouvelles éoliennes "dernière génération" peut développer une puissance de 3,3 MW», précise Claude Boever, managing director de la société PW34, initiatrice du projet. «La puissance installée du parc éolien est de 23,1 MW et pour le moment, c’est ce qui se fait de mieux au Grand-Duché. L’électricité produite part directement dans le réseau public. Un poste de réception, à Lentzweiler, la reçoit via des kilomètres de câbles et on ne passe plus par le réseau moyenne tension».

Trop d’électricité sur le réseau

Compromis entre la tolérance des citoyens et l’urbanisme dans un milieu souvent rural, l’installation de nouvelles éoliennes n’est pas toujours chose aisée, mais le bourgmestre de Wincrange se félicite des 11 éoliennes désormais installées sur sa commune. «Tout a commencé il y a 20 ans et c’est une belle évolution», rappelle Marcel Thommes. «Au début, ce n’était pas évident avec la population qui voyait son paysage évoluer avec les éoliennes, mais à force de réunions, la majeure partie de nos concitoyens ont été convaincus et on est content de proposer une alternative aux dangers de l’énergie atomique. On est fier de contribuer à l’amélioration d’une situation au niveau national».

Mais que se passe-t-il donc lorsque plusieurs tempêtes se succèdent au Luxembourg? Les éoliennes doivent-elles être mises à l’arrêt, comme on a pu le voir récemment? «Chaque éolienne est une machine autonome», rappelle Claude Boever, «et nous avons dû en arrêter quelques unes, ces dernières semaines, non pas à cause des tempêtes de vents, mais en raison des prix négatifs sur le marché, car il y avait trop d’électricité sur le réseau européen. Si les éoliennes avaient continué de tourner dans ces conditions, nous aurions alors dû payer des pénalités. C’est dommage, mais c’est comme ça...».

(L'essentiel/Frédéric Lambert)

Ton opinion