Internet au Luxembourg – De la gare à Gasperich, il perd 90% de son débit

Publié

Internet au LuxembourgDe la gare à Gasperich, il perd 90% de son débit

LUXEMBOURG - Les voies d'Internet sont impénétrables... Lors d'un déménagement, le réseau domestique peut perdre toute sa puissance. Dans ce cas, la meilleure solution reste de changer de prestataire.

Virtuellement, tout le monde peut profiter du haut débit luxembourgeois. Tout le monde... ou presque. Davide, un lecteur de L’essentiel Online s’enquiert de son provider, «dont le service passe de 20 Mb/s à 1,7 Mb/s après un déménagement entre deux quartiers de la ville de Luxembourg», de la Gare à Gasperich.

Un règlement européen de 2000 précise que les opérateurs historiques des États membres doivent «dégrouper les boucles locales». Au Luxembourg, cela signifie que les P&T louent aux autres opérateurs la possibilité de se connecter à un réseau physique. Mais en effet, il est normal que d’une commune à l’autre, d’une rue à l’autre voire d’un numéro de rue à l’autre, les débits différent. Ainsi, le 15 boulevard Grande-Duchesse Charlotte est compatible avec le très haut débit 100 Mb/s (le plus haut au Luxembourg actuellement) tandis qu’au 81, le maximum est évalué à 30 Mb/s maximum.

La baisse du débit de Davide n'est pas une exception. «Ce sont des contraintes techniques, expliquent les experts de l’ILR (Institut luxembourgeois de régulation), contactés par L’essentiel Online. Cela change en fonction de la longueur de la ligne et de sa proximité avec un répartiteur. C’est connu depuis plus de vingt ans et on ne peut rien y faire». Si une topographie des débits est impossible à effectuer globalement, chaque opérateur «est censé connaître ses capacités de débit selon les lieux».

La loi oblige le provider à afficher un débit... minimal

Mais le problème, selon Davide, c’est que son opérateur ne lui fournirait que «10% de ce qui est publicisé», ce qui serait alors «une arnaque». Ayant contacté son fournisseur avant son déménagement, il n’a pas été tenu au courant d’une dégradation de débit. Au Luxembourg, une loi du 11 février 2011 oblige les fournisseurs d’accès à «informer l'utilisateur sur les conditions de son contrat et sur les services fournis», commente le Ministère des télécommunications, contacté par L’essentiel Online. Dont notamment «les niveaux minimaux des services offerts». Mais l’opérateur n’est «pas contraint à fournir le débit proposé», ajoute l'ILR, surtout en cas de déménagement. «L’offre est liée au positionnement physique» au moment de la souscription.

L’opérateur de Davide assure ne rien pouvoir faire. Le client doit désormais se tourner vers la concurrence, ou la Justice. En effet, des recours sont possibles en cas de «défaut de service»: «C’est le code civil qui s’applique» avec le non-respect du contrat. En cas d’échec d’une négociation avec son opérateur, l’ILR propose également une médiation gratuite pour les clients mécontents.

Jonathan Vaucher/L'essentiel Online

Conseils

En général, les débits présentés dans les offres Internet sont des «débits théoriques», bref, le maximum pouvait être atteint. La fibre à haut débit (100 Mbit/s), proposée par Tango depuis quelques jours, et déployée à partir de cette semaine par les P&T, souffre par exemple aussi d’affaissement en fonction des quartiers, et des rues.

Certains outils de test d’éligibilité en ligne permettent de se renseigner avant de souscrire à une offre, les même qui servaient de test pour les lignes ADSL, désormais désuètes.

Dernier conseil avant de souscrire: ne pas hésiter à éplucher les conditions générales de l'opérateur, le «contrat» qui vous lie avec lui.

Ton opinion