Faits divers en France: De nouvelles analyses font vaciller la version de Cédric Jubillar

Publié

Faits divers en FranceDe nouvelles analyses font vaciller la version de Cédric Jubillar

Contrairement à ce que le suspect a toujours affirmé, il semble que le portable de Delphine Jubillar n’ait pas bougé de la maison du couple la nuit de la disparition.

Delphine Jubillar a disparu en décembre 2020, alors qu’elle s’apprêtait à quitter son mari pour un autre homme.

Delphine Jubillar a disparu en décembre 2020, alors qu’elle s’apprêtait à quitter son mari pour un autre homme.

AFP

Bientôt deux ans que Delphine Jubillar a disparu, et toujours aucun dénouement en vue dans cette mystérieuse affaire. Placé en détention provisoire en juin 2021, le mari de l’infirmière introuvable depuis la nuit du 15 au 16 décembre 2020 continue de clamer son innocence. Les demandes de remise en liberté de Cédric Jubillar sont constamment rejetées par la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Toulouse. Si la justice estime que suffisamment d'éléments pèsent contre l’artisan plaquiste pour justifier son maintien en détention, les enquêteurs n’ont toujours pas mis la main sur une preuve irréfutable, qui pousserait le suspect à avouer.

Cédric Jubillar doit être entendu une nouvelle fois vendredi par les juges d’instruction, qui ont en main de nouveaux éléments. Selon BFMTV, la téléphonie du couple a été passée au crible. De premières investigations avaient permis d’établir que le portable de Delphine Jubillar avait «borné» dans un rayon de 2 kilomètres autour de son domicile la nuit de sa disparition. De nouvelles analyses ont été menées, dans le but d’affiner ce périmètre. Avec succès: dans un rapport rendu le 9 septembre dernier, trois experts informatiques affirment que le téléphone de l’infirmière n’a pas quitté le domicile familial.

Une étrange dernière activation

Les spécialistes ont par ailleurs déterminé qu’entre 22h26, heure à laquelle Delphine regarde la télé avec son fils, et 7h48, moment où le portable s’éteint définitivement, l’appareil n’a jamais été «hors couverture réseau», écrit BFMTV. Le téléphone n’a jamais été éteint, ni placé en mode avion. Les experts n’ont pas non plus constaté d’«événement réseau», ce qui veut dire que le smartphone est resté immobile cette nuit-là. Ces nouveaux éléments viennent ajouter encore un peu de trouble à cette affaire. En effet, Cédric Jubillar a toujours affirmé que son épouse avait quitté leur maison ce soir-là pour promener les chiens, prenant son smartphone avec elle.

Ce que les enquêteurs savaient déjà, c’est que le téléphone de Delphine s’est activé plusieurs fois la nuit du drame. C’est particulièrement la dernière activation du portable, à 6h52, qui intrigue les autorités. En effet à cette heure-là, Cédric Jubillar se trouvait à son domicile en compagnie des gendarmes. Le mari de l’infirmière a-t-il profité d’un moment d’inattention des forces de l’ordre pour activer une dernière fois l’appareil? Le mystère reste entier, et au vu des dernières auditions du suspect, il est peu probable que celui-ci ne se livre davantage lors de sa prochaine entrevue avec les juges d’instruction.

(joc)

Ton opinion

2 commentaires